Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Pas de promo, pas de préliminaire. C’est du VALD tout craché. Lâché dans la nature au beau milieu de la nuit, le nouveau volet de la mixtape NQNT fait suite à un album déjà copieusement auréolé dans nos colonnes. On a eu toute la nuit pour poncer ce nouveau volume de Ni Queue Ni Tête, et on peut dire que la surprise est bonne. Très bonne même. Aussi bonne que son dernier album XEU ? On n’ira pas jusque là.

Au menu des hostilités, 18 morceaux et une cover digne d’une cartouche Super NES. Des cartouches, c’est justement ce dont il est question sur une grande partie du projet, qui ne manque pas de rimes au vitriol, entre deux déclarations d’amour aux substances psychoactives (voir l’interlude Molly). Sur No Tube Zone, le rappeur d’Aulnay-sous-Bois retrace avec philosophie tout le chemin parcouru depuis ses débuts : « Je me branlais dans ma chambre, là j’ai le million d’abonnés ». Les punchlines fracassent, comme autant de crochets du droit expédiés tout en finesse, en apesanteur. Sur Foie Gras, il martèle la vérité qui fâche : « Tu te fais Ken dans plusieurs directions, et t’applaudis à chaque élection ». Quelques titres plus tôt, il déversait une dure réalisation sur YAX3 : « Être meilleur, c’est pas vendre plus ». Au rayon des purges salvatrices, on se doit aussi de signaler la très crade Berflam, qui n’est pas là pour faire de cadeau à qui que ce soit. Le carnage lyrical continue au rythme du beat meurtrier de Kamasutra. Enfin le flow frénétique sur Sombre Soirée matraque les « Putains » comme un syndrome Gille de la Tourette. Sur Dis moi tout BB, c’est Suikon Blaz AD qui s’empare du mic, avec quelques comptes à régler : « Il suffit d’un son pour que tout le monde me suce ». Enfin difficile de ne pas se délecter de cette instru folle signée Seezy sur Possédé, avant dernier morceau de la mixtape qui s’achève par une Rechute vocodée au possible.

Vous pouvez retrouver notre prose sur l’album XEU dans le deuxième numéro de notre revue S!CK, dont la couverture était dédiée à la série Malcolm. 150 pages de culture pop, sans pub. Pour le choper, il vous suffit de nous envoyer un mail (contact@sick-magazine.com). Et pour recevoir chez vous le dernier numéro, c’est par là.

Par Random Hero le

Plus de lecture