Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

C’est clairement l’un des temps forts du dernier album de Rammstein. Ausländer raconte l’histoire d’un amour transi et international. D’un électron libre et va de port en port, et reste sans attache. Un étranger (traduction littérale du titre du morceau), que l’on retrouve dans un clip ultra engagé.

Pas besoin de lire entre les lignes pour comprendre que Rammstein s’en prend brutalement au colonialisme. Le message n’est pas subtil, et c’est précisément le but. Dans la vidéo, la bande de Till Lindemann commence à danser avec le peuple. Jusqu’ici tout va bien. Puis ils éduquent les enfants, inculquent la religion, asservissent les femmes, domestiquent la faune locale, et pillent les denrées de l’île. Le tout avec le sourire et dans la célébration la plus totale. Ils finissent par se tirer en laissant des bébés aux yeux bleus et des femmes éplorées, en route vers de nouveaux horizons. Une nouvelle île, pourquoi pas. On retrouve en tout cas un discours d’invective qui transpire sur tout l’album. C’était d’ailleurs déjà le cas sur le clip incendiaire de Deutschland, qui revivait les périodes les plus sombres de l’Allemagne. Le message est clair, Rammstein n’a rien oublié.

Par Random Hero le

Plus de lecture