Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Thom Yorke est véritablement passé maître dans l’art de la communication. Il sait parfaitement quels rouages tirer pour rendre fou la presse musicale, comme les fans les plus ardus. Avant même son premier extrait, le neuvième album de Radiohead était déjà pratiquement un objet mystique.

Il y a quelques jours, le groupe emblématique affolait la toile en supprimant peu à peu toute leur présence de la sphère internet. Les posts Facebook disparaissent, les photos de profils sont supprimées, le site internet affiche page blanche… Partir pour mieux revenir, attirer l’attention, exciter la hype, et créer l’environnement le plus propice possible à l’arrivée de ce nouveau single. Yorke est un homme de son époque, qui se réinvente sans cesse afin d’éviter la comparaison avec les travaux passés. Le choix du stop-motion pour le clip de Burn the Witch n’est d’ailleurs pas innocent. Une fois de plus, il est question de surprendre, prendre le contre-pied, aller là où on ne l’attend pas. Et pourtant, la chanson Burn the Witch est teasée depuis plus d’une décennie. En 2005, Yorke se ventait déjà d’avoir complété les lyrics d’un certain morceau intitulé Burn the (white?) Witch. Aujourd’hui, le groupe prouve que l’attente n’était pas vaine. La montée en puissance est salvatrice, et donne clairement envie d’en entendre plus. Mission réussie.

Radiohead BTW 03

Radiohead BTW 02

Par Random Hero le

Plus de lecture