Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Il se passe vraiment quelque chose d’excitant du côté de Perturbator, et de toute cette scène émergente que l’on pourrait qualifier de synth-punk. Avec son label Blood Music, le jeune James Kent explore et transcende la culture cyberpunk au fil des albums. Son amour pour les bandes-son électrisantes n’a d’égal que sa capacité à vous retourner le cerveau.

En 2016, on a largement dépassé le stade réducteur du mec qui a mis le feu à la soundtrack d’Hotline Miami. Perturbator est Perturbator. Il est une signature sonore à lui tout seul, fédérant une communauté croissante au fil des albums. The Uncanny Valley, c’est le nom de ce quatrième album tiré de la fameuse théorie du même nom. Un nouveau LP qui se veut toujours aussi inspiré de la culture science-fiction. Blade Runner, Akira et Terminator sont ses influences, comme le soulignaient déjà les premiers extraits. Pas de révolution par rapport à un Dangerous Days, mais c’est dans le fond tout ce que l’on attendait. Perturbator fait partie de ces artistes suffisamment en marge pour ne pas avoir à remettre en question toute son identité créative entre chaque album. EDIT : On vous laisse découvrir l’album, désormais en écoute intégrale.

Perturbator Neo Tokyo

Par Random Hero le

Plus de lecture