Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Hypnotique, comme toujours. Il y a quelque temps, on vous parlait de la nouvelle compilation de Nina Kraviz. Une sélection pointue qui semble résolue à s’affranchir d’un maximum de marqueurs temporels, et qui rend hommage à toutes les strates de la musique techno.

Les années 90, c’est justement ce dont il est question dans le nouveau clip de Barcode Population. Une track perdue dans le temps, qui s’appuie sur des images d’archives tirées du mythique festival Thunderdome. Un haut lieu du mouvement gabber, qui a ensuite fait la part belle à la musique Hardcore. L’ultime édition du festival s’est d’ailleurs tenue en 2012, et n’a pour beaucoup toujours pas trouvé de digne successeur. Tournées en 1997, les images en noir et blanc du clip se plongent dans cette culture dont la popularité ne faiblit pas dans certains pays d’Europe. Les boucles de Barcode Population ne sont néanmoins pas totalement inédites, puisqu’il s’agit de la version revisitée d’une track plus ancienne, que Nina a eu la bonne surprise de trouver dans un paquet qu’on lui avait laissé à la suite de son Boiler Room. Quelques mois plus tard, elle découvrit « ce vinyle Barecode Population qui était une véritable bombe. Il est devenu celui que je jouais le plus souvent. Et à chaque fois, les gens me remerciaient pour ça ».

Un morceau qui date originalement de 1996


Sur Facebook, la jeune femme explique : « Cette piste a été enregistrée en utilisant une 909, une paire de Roland SH 101s à Londres, et a vue le jour en 1996 chez Subvert Records. Le titre de la track fait référence à cette nouvelle organisation mondiale que les gouvernements tentent d’imposer. C’est le reflet des événements de 1996 et des visions paranoïaques de Philip K Dick. Elle prend tout son sens aujourd’hui. C’est un son pour un peuple d’esclaves traqués, affublé de codes-barres et pris au piège dans une vie insipide, orchestrée par leurs ancêtres esclavagistes. » Voilà qui ne manque pas d’attiser l’intérêt autour du troisième album de la belle, baptisé De Niro is Concerned. Un disque enregistré avec quelques collègues de son label Trip, qui ne manquera pas de faire plaisir aux nostalgiques. À la fois tourné vers l’avenir, et sans jamais renier le passé. Une belle manière de souligner l’intemporalité du genre :

Nina Kraviz - NEWS02

Par Random Hero le

Plus de lecture