Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Si vous aussi, vous étiez passé à Soundcloud en réponse au harcèlement publicitaire contraignant de Deezer et Spotify, vous serez surement bien malheureux d’apprendre que le nuage orange va lui aussi succomber aux sirènes de la pub. En clair, vous n’avez pas fini de vous saquer des annonces pour le dernier album de Keen’V au beau milieu de vos marathons Daft Punk.

Le modèle freemium qui exonérait les utilisateurs de toute forme de publicité est sans conteste ce qui a fait de Soundcloud ce qu’il est aujourd’hui : à savoir l’un des leaders du web en matière de streaming musical. Depuis sa création en 2007, le site Berlinois crée par deux Suédois représente tout de même le quadruple de l’audience de Spotify. L’arrivée de la publicité n’est donc pas une mince affaire pour Soundcloud, dont les créateurs revendiquaient encore il y a 2 ans une gratuité infaillible. La raison de ce retournement de veste est simple : alors qu’elle rassemble pas moins de 175 millions d’utilisateurs mensuels, la plateforme de streaming reste un véritable gouffre financier.

Selon les chiffres du New York Times, l’année 2012 accuse à elle seule près de 7 millions de dollars de pertes (13 millions de chiffre, pour 20 millions de dépense). Pas étonnant que les deux créateurs Alex Ljung et Eric Wahlforss aient enfin cédé aux multiples pressions des Majors, qui se plaignaient jusque-là de ne pas pouvoir percevoir de royalties. Concrètement, ce sera désormais possible grâce au nouveau service qui sera proposé par la compagnie, dans un premier temps uniquement aux États-unis. Baptisé On Soundcloud, il permettra aux éditeurs de contenu d’opter pour trois forfaits différents, leur permettant de diffuser de la publicité sur leur musique.

En clair, ce sont les labels qui choisiront – ou non – d’intégrer de la publicité sur leurs productions. Autant dire que les grosses boites de se sont pas faite prier, Sony et BMG en tête. Un forfait gratuit pour les jeunes artistes (postant jusqu’à moins de 3 heures de contenu) est également dispo, ce qui permettra aux indés d’intégrer à leur tour la publicité. À l’instar de YouTube, les revenus publicitaires seront alors partagés entre Soundcloud et l’artiste. Dernière nouvelle et pas des moindres : la plateforme se dirige petit à petit vers un forfait pour le consommateur, qui pourra supprimer les pubs moyennant finance… Exactement comme le fait déjà Deezer ou Spotify.

Par Yox le

Plus de lecture