Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Toujours présents, toujours l’envie, toujours la hargne. Le message est passé dès l’introduction de ce nouvel album d’IAM. Après presque 30 piges passées à côtoyer le sommet du game, l’album Rêvolution marque un chapitre plus intimiste.

Pour certains, la première écoute sonnera moins percutante que les premiers travaux du groupe marseillais. Mais ceux qui y prêteront une oreille attentive seront récompensés d’un rap érudit, engagé, qui tente de donner un sens à une époque contrastée, globalement merdique. Au-delà du constat de désolation, il y a un vrai message d’espoir dans cet album. Le rêve, peut-être un peu naïf, de faire bouger les choses par les mots, l’art, la musique. Du rap intelligent qui rend coup pour coup à une violence bien réelle, qu’elle soit physique, politique ou sociale. Comme une lointaine utopie, la révolution dont parle IAM n’existe pour le moment que dans les têtes. Les optimistes diront qu’elle se profile à l’horizon, avec la promesse d’un monde meilleur. En attendant, Akhenaton, Shurik’n, Kheops, Imhotep et Kephren perpétuent la légende.

Par Random Hero le

Plus de lecture