Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Les réactions à chaud à propos du sixième album de Gojira trempent souvent dans la confusion. Magma n’est pas aussi frénétique que ce que le groupe a pu produire par le passé. Néanmoins, il n’en reste pas moins le testament d’une noirceur contagieuse.

Le virage est plus introspectif, moins démonstratif. Deux qualificatifs que certains pourront interpréter comme une manière plus subtile de taxer leur musique de chiante à crever. Mais ce n’est clairement pas le cas. Tout en étant moins incisif que par le passé, Gojira conserve sa remarquable capacité à monter très vite dans les tours. Les fulgurances de l’album sont d’autant plus jubilatoires. Endeuillés par le décès de leur mère, les frères Duplantier ont laissé une place plus importante à la spiritualité, au lyrisme, et à l’art de la psychologie torturée. Dans les faits, ça donne un album qui prend de plus en plus d’ampleur au fil des écoutes, tout en ayant le bon goût de tout ravager en live. Leur triomphe au Hellfest il y a quelques jours n’en est qu’une énième preuve.

Par Random Hero le

Plus de lecture