Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Si vous avez bien écouté Kamikaze, ce détail ne vous a pas échappé. Sur The Ringer, Eminem rappait à propos du fait que les services secrets lui avait rendu une petite visite à la suite de lyrics anti-Trump : « Cause Agent Orange just sent the Secret Service, to meet in person to see if I really think of hurtin’ him ». Beaucoup ont pensé à un scénario sous fond d’égo-trip, mais ce n’est pas le cas. C’est même tout à fait sérieux.

On apprend en effet que les allégations balancées sur The Ringer sont tirées d’une histoire bien réelle. Un récit (assez surréaliste) qui prend racine en 2017, lorsque Marshall Mathers lâche son album Revival. Sur l’un des tracks (Framed pour ne pas le citer), le Slim Shady vrille sur un story-telling improbable où il se réveille sans aucun souvenir, site à un très mauvais trip d’opiacés. Mauvais délire : le cadavre de la fille de Donald est dans son coffre, et il se demande ce qu’elle peut bien foutre là. « Think I’m becomin’ a monster ’cause of the drugs that I’m on », racontait-il au micro, avant d’enchaîner : « How the fuck is Ivanka Trump in the trunk of my car ? ». Histoire de filer un bon coup de grace au respect, il se disait responsable pour « la petite blonde idiote », ou « dumb little blonde » en VO. On aurait pu en rester là, et savourer ce grand moment de liberté d’expression, dans la bonne humeur et le respect des droits de la constitution. Mais les choses n’en sont hélas pas restées là.

En allant au bout des choses, les journalistes de Buzzfeed US ont obtenu la preuve qu’Eminem avait bien reçu une petite visite des services secrets, visiblement concernés par la santé physique de la file du président. La visite aurait été déclenchée par l’email d’un journaliste du tabloïde TMZ, qui a interpellé le gouvernement en demandant si « l’agence a mené une enquête sur Eminem suite à des lyrics menaçants vis-à-vis de la première fille, Ivanka Trump ». Par souci de transparence, les documents de l’audition ont été publiés sur internet. On y comprend qu’après vérification, Eminem n’a finalement pas été classé comme une menace sérieuse (nous voilà soulagés). Sur la jaquette de son album Revival, Eminem prenait l’air dépité, la main collée contre son front. À l’époque, le rappeur avait déjà toutes les raisons d’être blasé. Mauvaise nouvelle : ça ne risque pas de s’arranger.

Par Random Hero le

Plus de lecture