Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Pour beaucoup, ce n’est pas un morceau de N.W.A. Lors de sa sortie en 1999, une partie de la presse spécialisée de l’époque n’avait pas hésité à qualifier Chin Check de triste héritage, de morceau sans saveur, sans âme, bref, sans Eazy-E.

Il faut dire que le contexte était plutôt tendu pour le groupe, qui n’avait pas attendu le trépas de son leader charismatique pour imploser. Bien avant que le SIDA n’emporte Eazy-E en 1995, N.W.A battait de l’aile. Les rivalités entre Dre et Eazy-E s’étaient largement intensifiées autour d’une sombre histoire de contrat, et de favoritisme de la part du producteur Jerry Heller, co-fondateur de Ruthless Records. Des embrouilles qui ont été évoquées sur moult morceaux entre 1992 et 1994, notamment Fuck Wit Dre Day, issu de The Chronic, premier album de Dre : « The hoods you threw up with, niggas you grew up with. Don’t even respect your ass ». Des propos virulents qui prendront fin six mois avant le dernier souffle d’Eazy-E. À l’époque, une reformation en grande pompe de N.W.A était évoquée, mais la maladie en décida autrement. Quatre ans plus tard, Chin Check est créditée comme une chanson de N.W.A, bien que deux des membres originaux du most dangerous crew manquent à l’appel. À la place, Snoop Dogg fait son apparition, pour ce que beaucoup considèrent comme un coup de com, plus qu’un véritable hommage. Le son est en effet tiré de la soundtrack de Next Friday, suite du film d’Ice Cube, dont le rappeur incarne le rôle-titre. Le morceau est un succès total sur le plan commercial. Pourtant, Chin Check paye un respect tout à fait explicite en direction d’Eazy E : « God bless the memory of Eazy-E », tout en mettant allègrement le blâme sur Heller : « So fuck Jerry Heller and the white superpowers ». Ice Cube, Dre, MC Ren et Snoop émettent également l’idée d’un nouvel album : « Why the Fuck not ? ». Une manière d’annoncer que si le groupe s’éteint ici (ce sera le dernier son officiel de N.W.A), l’esprit Niggaz Wit Attitudes survit. Les premières secondes du morceau, mettant en scène le meurtre pur et simple d’une femme innocente, en restent le testament. La provocation fera toujours partie de l’ADN des rappeurs de Compton et South Central, et leurs nombreuses collaborations l’ont prouvé, que ce soit sur les albums d’Ice Cube, Snoop, jusqu’au dernier album de The Game avec le morceau Don’t Trip. Près de 15 ans après, la flamme West Coast brûle toujours.

Source image article. Source image entête.

Par Random Hero le

Plus de lecture