Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Dénichée par le site du Mouv, cette infographie assez incroyable lève le voile sur un des plus gros préjugés du hip-hop : les rappeurs n’ont pas de vocabulaire. Faux, répond Matt Daniels, qui s’est amusé à analyser en profondeur la diversité de langage de plus d’une centaine de grands noms du hip-hop.

Voilà un monsieur qui devait avoir beaucoup de temps libre. Il faut dire que pour appuyer son propos, l’homme a compilé les 35 000 premiers mots de la discographie de chacun des artistes engagés. Il a ensuite retiré tous les doublons de cette liste faramineuse, pour ne garder qu’un indice précis de la diversité de vocabulaire de chaque rappeur. À titre de comparaison, il s’est également prêté au jeu avec une pièce de Shakespeare, ainsi que le roman Moby Dick. Et le résultat est assez cinglant. De quoi confirmer à ses détracteurs tout le talent oratoire de la scène hip-hop américaine.

Il y a cependant une faille, et pas des moindres : l’analyste n’a pas souhaité unifier sous le même terme toutes les subtilités orales présentes dans l’argot. Par exemple « Come on », « Cum on », « C’mon » et « Come the fuck on » sont bel et bien comptés comme 4 mots différents. Ce qui aurait avouons-le, un peu tendance à bidonner l’aspect ultra pointu de cette statistique. Les infographistes de Pop charts labs ont également collaboré sur ce tableau, en lui rendant notamment son aspect plus ludique, et beaucoup moins confus. Pour voir le graphique original (et interactif), on vous invite très cordialement à suivre ce lien.

Comme le notait assez justement l’auteure de l’article sur le mouv, ce graphique soulève également un point assez révélateur : pas mal d’artistes mainstream se retrouvent avec un vocabulaire assez limité. Par exemple, Drake et 50 cent dépassent péniblement les 3500 mots, alors que le Wu-tang Clan et Aesop Rock trustent pratiquement le double. La preuve que l’accessibilité s’avère dans notre société actuelle, bien plus populaire que les textes jugés trop recherchés. Ceci pourrait également expliquer la mauvaise réputation que peut avoir le rap chez certains. Une mauvaise image qui n’a définitivement pas lieu d’être. Même si pour ça, il n’y avait pas besoin de faire un graphique. On vous laisse cliquer sur l’image ci-dessous pour l’agrandir :


Vocabulaire Hip Hop - NEWS01

Par La Redaction le

Plus de lecture