Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

On l’aura clairement attendu ce troisième album de Childish Gambino. Trois ans après le très bon Because the Internet, Donald Glover rempile avec une proposition radicalement différente, artistiquement très éclectique, bardée de multiples influences qui vont de la soul au gospel, en passant la par funk, le jazz et le post-rock.

Ce qui est certain, c’est que Gambino s’est totalement réinventé. Il n’y a pas une once du flow de Glover sur cet album, ou presque. Le cocktail musical que l’on pouvait vulgairement résumer comme un enchevêtrement de nuances hip-hop et RnB s’est volatilisé. Sur cet album, c’est une réécriture totale de la proposition créative de Childish qui s’opère. Un nouveau départ créatif, symbole de la renaissance d’un artiste engagé, qui ne compose pas pour satisfaire un public qui l’attend dans un genre prédéfini. Sur Awaken, My Love, c’est Gambino qui mène la danse. De la plus belle est manières, il prouve qu’il restera quoiqu’il arrive le seul maître de ses choix. On ne peut qu’être admiratif de la démarche. Quant au résultat, on vous laisse en juger par vous même :

Par Random Hero le

Plus de lecture