Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

C’est la même rengaine à chaque fois : l’épreuve du deuxième album après un classique instantané est toujours assez casse-gueule. Sorti il y a deux ans, l’album B4.DA.$$ n’a cessé de grimper dans l’estime du public, poussé par un succès critique presque unanime.

Il faut dire que le jeune rappeur de Brooklyn, co-fondateur de Pro Era était dans le collimateur depuis ses premières mixtapes qui datent de 2012. Aujourd’hui, Joey Bada$$ est dans l’oeil du cyclone avec un album qui dresse un portrait pour le moins vitriolé de la situation politique actuelle de son pays. Les dernières élections américaines (et la campagne surréaliste qui a précédé) n’a fait que donner toujours plus de charbon à Joey Bada$$ qui signe ici un retour plus qu’honorable. Tout au long des 12 titres de l’album, le rappeur de 22 ans consolide l’univers musical initié dans son premier opus. Les instrus old-school et parfois très groove dénotent une véritable influence, qui puise allègrement dans le hip-hop 90’s, tout en conservant une approche plus fraîche, plus moderne. J. Cole, ScHoolboy Q, Styles P, Meechy Darko ou encore l’artiste reggae Chronixxx assurent une certaine variété au rang des featurings, qui ne surchargent pas l’album. Il y en a 5 sur 12 tracks, laissant à Joey tout le temps d’exercer la maturité de son flow. La variété, c’est d’ailleurs l’une des valeurs premières de cet album qui n’hésite pas à multiplier les ambiances et les sous-genres musicaux. En termes de rap pur et dur, Joey n’a déjà plus rien à prouver, et s’autorise de très gros écarts sans forcément oublier ses racines. Mention spéciale pour la conclusion de 6 minutes, Amerikkan Idol. Avec Rockabye Baby, Super Predator ou encore Ring the Alarm, on ne pourra pas nier qu’il y a du lourd sur cet album, qui s’écoute juste là. On vous laisse aussi jeter un oeil au clip de Land of the Free au cas où vous seriez passé à côté :

VOUS AIMEZ LES GROS SONS ET LE RAP US ? ON EN PARLE DANS LE PREMIER NUMERO DE S!CK. AIDEZ NOUS A LANCER NOTRE MAG PAPIER EN VOUS PRE-ABONNANT ICI !

Par Random Hero le

Plus de lecture