Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Gerald Earl Gillum, alias G-Eazy, a vendu plus d’album qu’Ab-Soul, 50 Cent et Iggy Azaela, pour ne citer que les albums sorti le plus récemment. Du haut de ses 25 ans, le rappeur d’Oackland a vendu plus de 47 000 exemplaires de These Things Happen, son premier album solo.

Un score d’autant plus impressionnant puisque le rappeur est, à l’image d’un certain Macklemore, totalement indépendant. Pourtant, son nom reste relativement inconnu pour nous autre habitants du vieux continent, toujours à la traine lorsqu’il s’agit de découvrir les nouveaux talents du hip hop ricain. Rappeur, auteur et producteur, G-Eazy vient de Californie. Diplômé de l’université de New Orléans, Gerald se fait connaître via MySpace, avec une série de titres qui atteignent les 400.000 écoutes. De quoi titiller les oreilles de quelques rappeurs puisque G-Eazy a fait de nombreuses premières parties, dont celle de Drake, Lil Wayne ou encore Snoop Dogg. Sa voix n’a rien d’authentique et il n’est pas difficile d’établir des comparaisons avec d’autres grands noms du hip-hop. Il a l’univers de Drake, la voix blanche de Mac Miller, les productions souvent épurées de Macklemore et la prétention de n’importe quel rappeur qui se respecte. Et si la formule a tout du melting pot indigeste, force est de constater que G-Eazy dispose de son propre univers, n’hésitant pas à s’approprier des sonorités et des textes qu’on n’aurait jamais imaginé sortir de sa bouche. Sur I Mean It, il dégaine avec une voix nasillarde, provocante et prétentieuse « You rappers just talk a bunch / Stress me out I chop a dutch».

L’artiste soigne aussi son univers visuel, avec des clips bien foutus, même lorsqu’ils versent dans le minimalisme. C’est simple, il suffit de voir G-Eazy allumer un blunt et le fumer pendant 3 minutes 30 sur Been On pour être emballé, un titre exemplaire aux sonorités du Dirty South, preuve le rappeur californien est un véritable caméléon. Raison de plus pour s’intéresser à un artiste en devenir qui pourrait très bien exploser dans les mois ou les années qui suivent. Reste qu’il est tout de même important de relativiser ce score puisque Ab-Soul, même en appartenant au crew de Kendrick Lamar, n’a pas la popularité des autres membres de TDE. Sans parler de 50 Cent qui lance son street album sans un seul single qui tourne en radio ou sur le net et avec une critique globalement mitigée. Quant à Iggy Azaela, son single Fancy a beau cartonner, son album The New Classic est sorti en avril dernier. These Things Happen est donc sorti au bon moment. Un bon moment pour découvrir un artiste au potentiel indéniable, même si son premier album cède assez souvent à la facilité.

Par Sholid le

Plus de lecture