Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Ce que Lupe Fiasco a perdu en lucidité musicale au fil des années, il l’a gagné en sarcasme et en réflexion polémique. Si l’on met de côté cette aigreur qui en fait parfois un artiste profondément détestable, le rappeur n’est jamais parvenu à tutoyer les sommets de ses débuts de carrière. En plus d’être son cinquième album, Tetsuo & Youth porte la promesse de remettre l’un des lyriciste les plus talentueux de sa génération sur les devants de la scène. Inégal, mais pardonnable, ce nouvel album résume à lui seul le cas de Lupe Fiasco : instable, bourré de bonne volonté et consciencieux.

La carrière de Lupe Fiasco est assez curieuse, tout du moins la façon dont elle est globalement perçue par le public. Ils sont nombreux à louer les mérites de Lupe Fiasco’s Food & Liquor (son premier album) alors que Lupe’s Fiasco The Cool (son second album) pourrait aisément lui tenir la dragée haute. Après tout, ce LP comportait des pépites comme Put You On Game qui ont cristallisé la carrière du rappeur de Chicago. C’est avec Lasers (son troisième album) qu’on frôle l’accident industriel, grâce à un ensemble de titres indigestes façonné pour plaire aux oreilles avides d’électro-pop commercial. Depuis, Lupe Fiasco tente de se reconstruire tant bien que mal, rejetant sans aucune culpabilité la faute sur Atlantic Records. On sera d’accord pour dire que Lupe Fiasco est un virtuose de la plume. Il suffit d’écouter le troisième couplet de Adoration Of The Magi pour se prendre un léger soufflet en pleine gueule. Le rappeur enchaîne allitérations, assonances et justesse des propos avec une fluidité enfantine, comme s’il jonglait aussi bien avec les mots qu’avec les polémiques. Le constat est le même sur Mural et Prisoner 1 & 2, deux titres longs de plus de huit minutes qui abordent des sujets de société qui lui sont précieux : les inégalités, la justice punitive et la discrimination.

La musique de Lupe Fiasco est teintée de différentes influences religieuses et artistiques, conférant une dimension parfois mystique à ses textes qu’il convient de décoder avec soin. Dans un sens, Tetsuo & Youth parvient presque à effacer son étiquette de produit du hip-hop. L’album est le produit de son environnement, le reflet purement subjectif de la société devant lequel Lupe s’affiche fièrement. Ses prises de position (sur l’excellent Chopper, il dénonce le commerce d’armes) et son engagement politique sont les principales réjouissances de ce nouveau LP, tout le monde pourra s’accorder sur ce point précis. Quant à l’habillage musical, c’est tout de suite un peu plus difficile d’accorder ses violons sur les partitions sélectionnées. C’est un problème qui est assez récurrent lorsqu’on s’attelle à la discographie de Lupe Fiasco. Le rappeur a suffisamment de munitions pour mener une guerre mondiale, mais faiblit inévitablement lorsqu’il s’agit de choisir les productions adéquates. Sur Tetsuo & Youth, les dégâts sont amplement limités. Le travail de DJ Dahi sur Chopper, Madonna, Adoration Of The Maggi et They.Resurrect.Over.New est incroyable et nous fait immédiatement regretter que le producteur n’est pas été propulsé au rang de producteur exécutif.

A l’image d’un spiritueux âgé, il faut un peu de temps avant d’apprécier pleinement cet album. La faute sûrement à une division basée sur les quatre saisons qui ne marque aucune véritable progression. La faute aussi à ce léger creux en plein milieu d’album avec des titres qui, n’ayons pas peur des mots, sont carrément soporifiques. On ne retiendra de Boyd Of Work que le refrain, on passera rapidement sur la production pseudo sensuelle de Little Death, pendant qu’on tentera d’oublier les rifts de guitare un peu trop faciles sur No Scratches. Si on passe outre cette baisse de tension palpable qui plombe un peu Tetsuo & Youth, il reste un album au concept qui n’est certes pas totalement aboutit, mais dont les fondations sont suffisamment solides pour réhabiliter un rappeur qui pense avoir déjà fait le tour de son art. Non seulement Lupe Fiasco est un rappeur dans l’air du temps, à la portée multigénérationnelle, mais il ne semble jamais méprisant dans sa démarche. Soit tout l’inverse de son comportement en dehors du domaine musical. They.Resurrect.Over.New achève l’album de la plus belle des façons : en faisant référence au film Tron, en invitant Ab-Soul à poser un couplet complètement fou et en instaurant une ambiance futuriste qui baigne avec bienveillance dans la culture vidéoludique. Les références ne manquent pas d’ailleurs tout au long des titres. Voilà sûrement la meilleure façon de considérer Lupe Fiasco : un joueur mature, conscient de la grande mascarade dans laquelle il évolue.

Lupe Fiasco - VERDICT

Par Sholid le

Plus de lecture