Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Pilier de la French Touch un jour, représentant de la France à l’Eurovision le lendemain, Sébastien Tellier est un artiste aux multiples visages qui se réinvente sans cesse. Aujourd’hui, c’est en gourou de la pop qu’il nous revient avec My God Is Blue. Un trip dont on ne ressort pas indemne !

Ce quatrième album, qui prône une nouvelle forme de spiritualité bleue, a pour particularité d’avoir été composé après un trip sous différentes mixtures de stupéfiants et autres narcotiques. Tellier y aurait eu la vision d’une vérité bleue, d’un Dieu bleu d’où découle le thème de l’album. Comme quoi, la drogue peut aussi avoir du bon.

La première piste fait office de test. Pépito Bleu, avec ses paroles pour le moins originales, aura soit pour effet de vous transporter dans l’univers absolument décalé de l’artiste soit de vous braquer complètement. Pour ceux qui ont la chance d’adhérer au délire, la suite de l’album transforme vos écouteurs en corne d’abondance depuis laquelle va se déverser toute l’ambroisie du Dieu bleu.

Il y a d’abord tout un jeu de séduction entamé par The Colour Of Your Mind, musique qui transpire le sexe et qui vous donne envie de donner des coups de reins lents et profonds à la première venue. Puis on a droit à une invitation à « Cochon Ville » qui s’impose comme l’hymne rassembleur de la blue attitude avec ses riffs de guitare funk et ses paroles évocatrices : « Prosterne toi, danse, rêve ».

S’en suit une déclaration d’amour accompagnée des violons et des chœurs puissants de Russian Flavor qui nous envoûtera jusqu’à ce que Sébastien Tellier nous invite à le rejoindre sur la plage d’une île paradisiaque avec Mayday. Le ciel va ensuite s’assombrir.

A l’écoute de Draw Your World, le ton se veut radicalement différent avec des frottements de guitare électrique aériens et de lourdes notes de piano. L’artiste va alors profiter de notre stupeur pour nous prendre dans ses bras, nous attirer dans l’eau et nous immerger complètement en guise de baptême avec My Poseidon. Véritable chef-d’oeuvre co-produit avec Guy-Manuel de Homem Christo (Daft Punk), la basse lourde nous attrape les chevilles et nous attire dans les abysses de la rêverie de Sébastien Tellier, desquelles on ressortira absolument converti à la spiritualité bleue.

Et c’est My God Is Blue (la chanson) qui vient parachever notre trip en douceur avec de calmes notes de piano et toujours la voix envoûtante du gourou bleu.

> Voir le clip (ou l’orgie) de Cochon Ville

Incroyablement complet et constant dans son déroulement, My God Is Blue est un véritable voyage à écouter et vivre de bout en bout sans interruption. Rien n’est laissé au hasard et on sent bien que Sébastien Tellier a livré là son album le plus abouti. On a vraiment hâte qu’il se drogue à nouveau pour nous faire profiter une fois de plus de ses talents.

Seb Tellier - VERDICT

Par Antoine le

Plus de lecture