Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

A l’image de Mac Miller, Action Bronson fait partie de ces artistes indépendants qui ont explosé grâce à leurs prestations musicales sur internet. Et tout comme Mac Miller, Action Bronson n’a pas tardé à décrocher un contrat avec un label de prestige (Atlantic Records) pour livrer son troisième album : Mr Wonderful. Il faut dire que le bonhomme est un monstre de charisme qui a l’avantage de savoir cultiver son univers, aussi bien musical que culinaire. Mais puisqu’il ne s’agit pas de bouffer une moussaka sur la galette de Mr Wonderful, on s’est dit qu’il valait mieux s’en tenir à la critique de son nouveau projet, plutôt qu’à ses talents derrière les fourneaux.

Avec l’explosion commerciale d’Iggy Azaela, une légère brise de protestation s’est soulevée contre l’appartenance du hip-hop à une ethnie particulière. Le rap, un truc de blanc ? Sans déconner, c’est insulter des décennies d’histoire musicale ! J. Cole ironisait la situation dans l’excellent Forest Drive en déclarant : « This year I’ll prolly go to the awards drapped down / Watch Iggy win a Grammy as I try to crack a smile ». Bien avant lui, Eminem ridiculisait sa propre situation en scandant : « I am the worst thing since Elvis Presley / To do black music so selfishy ». Au fil des années, le rap a délicatement muté vers un genre de prestation, plus qu’un genre protestataire. Peu importe ses origines ou sa couleur de peau, c’est le travail et le résultat obtenu qui permet de gagner la confiance de ses paires. Du coup, personne ne s’étonne plus vraiment de voir débarquer Action Bronson, l’homme au gabarit aussi imposant que celui de Biggie et à la barbe plus rousse que les poils pubiens de Mac Miller. Personne ne s’étonne plus non plus de l’écouter débiter les pires insanités (« My mother said I better win or else she’ll fuck me up / Ma we did it, I love you, you lucky slut » entendu sur The Rising).

Puisque plus personne n’est étonné par le personnage qu’est Action Bronson, personne ne sera surpris d’apprendre aussi qu’il est plutôt doué dans tout ce qu’il entreprend. Si Mr Wonderful ne laissera pas une empreinte indélébile dans les mémoires, le troisième album de Bronson synthétise plutôt bien la carrière et l’univers du rappeur. Sans véritables limites, Action ne performe pas de prime abord afin d’intégrer un quelconque formatage musical. Il s’agit avant tout d’être consistant et d’offrir un univers un tant soit peu original. Pour autant, il est évident qu’il ne suffit pas de dégoter une production qui sort de l’ordinaire pour s’offrir un LP d’exception. Sur ce point, Action Bronson s’est très bien entouré en collaborant avec des artistes comme Mark Ronson, The Alchemist, Party Supplies ou encore 88-Keys. Le résultat ? L’album est plutôt varié de ce point de vue et offre des pistes sur lesquelles les instruments ont souvent un long temps d’expression comme sur le très surprenant City Boy Blues. Néanmoins, certaines tracks ne provoquent pas l’effet estompé. Les rifts de guitare électrique de Only In America ne réussissent pas franchement à Bronson.

D’autres s’avèrent être tout simplement soporifiques, comme Falconry ou encore Galactic Love. L’autre reproche qu’on pourrait accorder au rappeur, c’est la difficulté qu’il rencontre sur un projet de taille à varier l’utilisation de son flow. C’est d’ailleurs un reproche qui pourrait être attribué à pas mal de rappeurs de sa génération, souvent incapable de changer ne serait-ce que l’intonation. Quand bien même Action Bronson pousserait de la voix sur City Boy Blues, son débit de parole reste sensiblement le même sur les autres pistes. Ces défauts mis de côté, le rappeur de New York parvient tout de même à briller sur des sons qui constituent la solidité de Mr Wonderful. Brand New Car s’impose comme une belle entrée en la matière, Baby Blue permet à Bronson de dévoiler (toujours avec une pointe d’humour) son côté sensible, pendant que Actin Crazy et Easy Rider s’installent comme les incontournables de cet album. Pour son premier album après l’indépendance de ses débuts, Action Bronson parvient à transformer l’essai, confirme tout le bien qu’on pense de lui, malgré un certain manque de substance qui lui fait malheureusement défaut.

Action Bronson Mr Wondeful - VERDICT

Par Sholid le

Plus de lecture