Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Quand il n’assure pas l’habillage musical du Tonight Show de Jimmy Fallon, le groupe de Hip-Hop The Roots s’amuse à balancer des petites pépites musicales, pour le plaisir de prouver qu’après 27 ans d’existence, ils ont encore et toujours des choses à dire. And then you shoot your cousin ne prétend pas révolutionner le genre, mais simplement proposer une alternative plaisante et surtout critique à l’égard du Hip Hop dans sa globalité. Du coup, l’écoute se fait attentive et le plaisir intense face à une fresque musicale de qualité.

L’avantage d’avoir une carrière aussi longue que celle de Black Thought et son crew, c’est d’obtenir immédiatement la légitimité pour dresser un état des lieux critique du Hip-Hop et de la société. Un discours qui semble faire les beaux jours du groupe puisqu’ils accouchent à nouveau d’un album qui se classe au-dessus de la masse. Le concept est moins fort que sur Undun, leur précédent album qui prenait les allures d’un film monté à l’envers, un peu à l’image de Memento de Christopher Nolan. Néanmoins, le propos est suffisamment intéressant pour que l’on s’y attarde. And then you shoot your cousin dépeint plusieurs portraits, allant de la star en quête de reconnaissance, au pervers sexuel sur l’excellent When The People Cheer. On délaisse les synthés et les productions électriques omniprésentes du rap ricain pour se concentrer sur des mélodies plus simples, mais non moins agréables.

Néanmoins, si vous pensez pouvoir faire exploser les basses en pleine soirée avec du rap conscient, vous pouvez déjà rebrousser chemin ou explorer la discographie du groupe. L’album s’écoute à tête reposée, au calme. C’est l’essentiel pour plonger dans un univers ponctué d’interludes macabres et d’un pessimisme presque déprimant, rompu à la toute fin par l’optimiste Tomorrow chanté par Raheem DeVaughn. Ce que certains auraient tendance à oublier, et que And then you shoot you cousin nous rappelle tout de suite : c’est que Black Thought est un putain de bon MC. Chaque couplet délivré par le rappeur est précieux, puisqu’il n’y en a pas tant que ça sur un album relativement court. Le gros problème de ce LP au final, c’est de livrer son meilleur titre dès le début, When The People Cheer, et d’enchainer avec des pistes sympathiques, mais qui peinent à décoller. Cependant ne vous méprenez pas, le nouveau The Roots vaut le détour, à défaut d’être un immanquable.

The Roots ATYSYC - VERDICT

Par Sholid le

Plus de lecture