Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Avec Ultimex, la morale est superflue. Pourquoi essayer d’être cool quand on peut être l’un des plus gros connards que la planète n’ait jamais connue ? Ultimex n’est pas là pour se faire des amis. Il est odieux, sarcastique, manipulateur, misogyne, meurtrier, nécrophile, mais il fait ça avec tellement d’entrain et de sincérité que personne ne pourra jamais lui en vouloir.

C’est l’anti-héros par excellence. Son auteur Gad a réussi le tour de force de faire tomber son personnage dans les travers les plus vicieux, sans ne jamais le rendre antipathique. Encore plus impressionnant, le marionnettiste multiplie les émotions, et parvient à retranscrire la surprise, l’envie ou encore le dégoût sur un mec dont le visage se résume à un oeil géant. Mais n’allez pas le traiter de cyclope pour autant. Certains s’y sont risqués, et ils font désormais partie intégrante de l’écosystème du bois voisin. Beaucoup le compare au Patrick Bateman français. Et ce n’est pas complètement faux. Ultimex partage beaucoup avec le héros d’American Psycho. Vous voyez la scène des cartes de business ? On est pile dans le ton. Mais Ultimex ne serait rien sans son meilleur ami, Steve. Steve n’est pas qu’un faire-valoir. C’est un deuxième héros. Un génie du mal. Un splendide looser, affublé micro-pénis de la plus belle espèce, homo refoulé, et fidèle coéquipier. Voilà maintenant plusieurs années qu’Ultimex sévit sur la toile, notamment via son blog. On y retrouve des strips, mais aussi une incroyable traversée de l’enfer. Si vous avez manqué les aventures du personnage de François Gadant, l’édition Ultimate d’Ultimex est toujours dispo à la vente. Et elle est franchement bien fichue.

Ultimate Ultimex 05

Source image entête.

Par Yox le

Plus de lecture