Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Mad Max Fury Road est un chef-d’œuvre d’action pure. C’est une claque motorisée, qui développe un univers post-apocalyptique véritablement fascinant, théâtre de poursuites à tombeaux ouverts absolument dantesques.

Le film de George Miller mise presque tout sur la frénésie de ces séquences, et relègue son riche univers au rang de contexte. Tout est suggéré, sous-entendu. Les dialogues se limitent à leur strict minimum, et c’est précisément le reproche qui est fait par tous ceux qui n’ont pas accroché à ce nouveau cru Mad-maxiens. Pourtant, ce n’est pas faute de l’avoir martelé : George Miller avait une histoire pour chacun de ses protagonistes, même les plus secondaires. Et puisque le film est une purge qui ne prend pas le temps de caser un mot sur le background, le support du comics se révèle être un format idéal pour s’étaler sur l’univers d’un film qui n’avait clairement pas tout dit. Comme on vous en parlait il y a quelques mois, l’idée de transmettre l’univers de Max Rockatansky sur les planches était plus qu’alléchante, et le résultat final est pratiquement à la hauteur de toutes nos attentes. Sorti chez Vertigo, le comics Mad Max Fury Road a été coécrit par George Miller lui-même. Il permet d’en apprendre plus sur l’ascension (au sens propre) de Nux, mais aussi d’Immortan Joe, les origines de son surnom, et son besoin viscéral de trouver un digne héritier. Un autre chapitre s’attarde sur le personnage emblématique de Furiosa, avant de se terminer sur un dyptique dédié à Max. Une histoire inédite et bouleversante, qui montre que tout n’est qu’un éternel recommencement dans le Wasteland. On retrouve même quelques planches qui ajoutent un peu de backgroud sur certains éléments du film, comme la confection des volants, ou la Beetle qui orne le toit du War Rig. Bien évidemment, il est fortement conseillé d’avoir vu le film avant de s’attaquer au comics. L’œuvre globale a été chapeautée par Mark Sexton, qui avait déjà bossé sur les story-boards du film. L’homme s’est entouré d’un panel d’artistes aux styles plutôt inégaux. C’est le vrai reproche que l’on pourra faire à ce comics Mad Max, qui reste un excellent compagnon de route, et qui ajoute de l’épaisseur à l’univers du meilleur film d’action de l’année 2015. Pour le moment uniquement dispo en VO, vous pouvez vous le procurer sur Amazon au bout de ce lien.

Mad Max Comics 03

Mad Max Comics 02

Source image entête.

Par Yox le

Plus de lecture