Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

C’est bien connu, les Japonais ne sont jamais vraiment pressés lorsqu’il s’agit d’exporter leurs biens culturels dans la langue de Molière. Que ce soit pour les mangas, les animés ou bien les J-RPG, les Européens sont toujours les derniers servis.

Ce qui dans les années 90, était synonyme d’impuissance, et d’un profond sentiment de frustration. En 2015, on parle plutôt d’autoroute géante pour le téléchargement illégal. Le fan d’aujourd’hui n’a plus le temps d’attendre. Dans la génération du tout, et tout de suite, des délais aussi imposants semblent totalement disproportionnés. D’autant plus que la communauté française amatrice de manga a toujours été conséquente. Nous sommes après tout les deuxièmes consommateurs mondiaux. Néanmoins, on continue de se taper des délais qui frisent le ridicule. Alors que le nouvel animé Dragon Ball Super s’est lancé au Japon en ce début du mois de juillet, Toei ne s’attend pas à voir débarquer Dragon Ball Super sur les terres françaises avant la fin de l’année 2016 ! Soit un an et demi après la diffusion originale. Inutile de vous faire un dessin, vous connaissez l’excuse sempiternelle qui ressort systématiquement : les doublages, qui prennent approximativement 500 journées de taff intensives en studio. Soit plus longtemps que la conception du dessin animé lui-même ! Trêve d’ironie, il faut les comprendre. C’est long de refaire tous les dialogues en français…

DBS - NEWS02

Par Yox le

Plus de lecture