Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Il y a un truc de fondamentalement captivant à marcher sur les débris de notre civilisation. Pousser les portes d’un lieu oublié, en décrépitude totale, jonché de bris de verres, couvert de graffitis, et dans lequel l’infection du tétanos attend sagement au tournant.

C’est cette insatiable soif de découverte qui anime Ixeurban, un jeune photographe urbain que nous avons suivi le temps d’un shooting. Le garçon est concentré, dans ses pensées, il ne parle pas beaucoup et passe 12h par jour avec des écouteurs vissés sur les oreilles, ponçant du Kendrick, la scène Future Beat ou de la bonne vieille Drum and Bass. La dégaine est efficace : Sweat à capuche, sac à dos et les dernières Converse Chuck II Knit aux pieds. Chacun de ses clichés a énormément de choses à raconter. Là où le commun des mortels ne voit que de l’hostilité, Ixe y voit des possibilités. Un terrain de jeu qu’il arpente avec ses Chuck II comme un nouveau jardin pour ce jeune provincial expatrié dans la jungle parisienne. Sa vision repose sur les jeux de reflets, de perspectives et de symétries. S’il lui arrive de capturer des lieux de tous les jours, les sanctuaires abandonnés restent des spots privilégiés. Ils portent un parfum de fin du monde, d’interdit. On ne compte plus les fois où l’humanité a mis en scène sa propre destruction. L’apocalypse est un thème récurrent de notre culture, qui fascine autant qu’il inquiète. Les clichés d’Ixeurban sont magnétiques, car ils nous propulsent dans un futur incertain, reflet d’un passé oublié. Ce mec possède le don inné de capter l’invisible, trouver l’angle qui sublimera le commun, révéler le beau là où on ne l’attend pas. Son shooting dans le Sanatorium d’Aincourt rappelle quelques-unes de ses influences dans le cinéma, mais aussi dans le jeu vidéo. Il y a du The Last of Us, du Fallout 4. Mais il y a surtout une recherche du dépassement de soi. Une envie de s’extirper de sa zone de confort, exploiter le contraste entre urbanisme et nature, dans un lieu où cette dernière reprend ses droits. La vidéo est signée Guillaume Perrette et Valentin Chemineau, sur une soundtrack du très bon DJ SWAPP. On vous encourage d’ailleurs à aller faire un tour sur son Soundcloud. Vous pouvez également vous procurer les Chuck II Knit sur le shop de Converse. Et puisque les images valent mieux que mille mots, on vous laisse jeter un œil au travail d’Ixeurban.

IXE 10

IXE 09

IXE 02

IXE 08

IXE 07

IXE 01

IXE 06

IXE 04

IXE 05

IXE 03

Par Article Sponsor le

Plus de lecture