Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Ce qui devait arriver arriva. Suite à son succès global, le virus de l’électronique s’est répandu au cannabis. En effet, une entreprise vient de se lancer officiellement dans la production d’e-joints.

Sur le projet, ce n’est autre qu’une société néerlandaise qui compte bien faire parler d’elle, en clamant dans un communiqué datant du 23 juin avoir imaginé et conçu le premier joint électronique au monde. Tout est là, du look de circonstance chromé, à la petite feuille de cannabis verte qui s’allume à l’extrémité entre chaque bouffée. Histoire d’encore plus enfoncer le clou dans la catégorie « produit pour ados », l’objet se décline en pas moins de 6 arômes fruités.

Pour le moment uniquement disponible en version jetable, l’e-joint est « inoffensif et conforme à la législation ». Pas de THC, ni nicotine, ni tabac. D’autres versions durables sont cependant déjà dans les cartons, assure l’entreprise. On parle d’un produit rechargeable avec du cannabis liquide… Rassurez-vous, le modèle E-njoint Vaporizer pourra de son côté être fumé en utilisant de l’herbe. Tout un programme donc.

Rappelons tout de même que les Pays-Bas restent un pays dont la législation envers les drogues douces et médicinales est bien différente de la France. Le PDG de l’entreprise Menno Contant enfonce le clou : « Les Pays-Bas sont connus dans le monde entier pour leur attitude tolérante et libérale à l’égard des drogues douces. Le lancement de ce nouveau produit diffuse un message clair: tant que vous n’ennuyez ni n’agressez personne et restez dans les limites de la légalité, tout ira bien ». Pour rappel chez nous, la consommation de weed peut aller jusqu’à 3750 euros d’amende, et 1 an de prison.

Par La Redaction le

Plus de lecture