Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

The Walking Dead

Cent pour sang culte

Impossible de commencer ce texte sans faire le mea culpa de la décennie. Quand Telltale a annoncé le développement d’un jeu basé sur la licence Walking Dead, on a été nombreux à littéralement se foutre de leur gueule. Ce n’est pas comme si nous n’avions pas les arguments pour les démonter. Leur précédente adaptation de Jurassic Park était risible, celle de Retour vers le Futur, tout juste potable, bref, on s’attendait déjà au pire. Maintenant ? Il n’y a plus de maintenant ! Seulement une œuvre intemporelle qui va faire parler d’elle pendant de nombreuses années !

ÉPOPÉE MACABRE

Peut-être qu’un peu d’honnêteté vous fera comprendre l’ampleur de la chose. Nous n’avons jamais autant crié, vibré, frissonné devant un jeu vidéo. Même le final larmoyant a réussi son coup : nous émouvoir comme jamais. Pourquoi tant d’émotions ? Tout simplement car l’histoire de Walking Dead s’est imposée en tant que maîtresse du genre. C’est presque insultant pour les David Cage, les Hideo Kojima et consorts. Il est possible de construire une histoire prenante, sans multiplier des artifices en tout genre, sans disposer d’une technologie de dingue. Juste en favorisant l’immersion, en impliquant le joueur et en le renvoyant à des questionnements internes fondamentaux. Producteurs, scénaristes, game designers, tout le monde : prenez cet exemple comme la référence ultime en matière de narration car vous êtes tous littéralement à la ramasse ! The Walking Dead, c’est l’histoire de Lee. Un renoi au passé lourd. C’est peut-être le seul cliché présent durant la quinzaine d’heures de jeu. Lee fait la rencontre de Clémentine, une jeune fille de huit ans, qui se retrouve à survivre par elle-même suite à une invasion de Walkers. C’est con. Très con. Mais la complicité qui va se dégager entre Lee et Clementine va devenir peu à peu bouleversante. Comme dans la série et dans le comic, le joueur sera amené à rencontrer un groupe de survivants qui tentera de se maintenir en vie coûte que coûte. Chaque personnage déborde de charisme. Et les morts seront improbables comme impitoyables. A vrai dire, il est inutile de vous en dire plus sur l’histoire. On vous demande juste de nous faire confiance.

LE JEU DONT VOUS ÊTES LE HÉROS

Ce n’est pas dans les mécaniques de gameplay que le jeu risque de révolutionner le jeu d’aventure. Dans la pure tradition du point & click, on vous demandera de résoudre quelques énigmes, toujours bien pensées, à défaut de proposer un véritable challenge. Mais le véritable jeu dans le jeu se trouve au niveau des dialogues interactifs. L’acteur de The Walking Dead, c’est vous ! Si le jeu vous propose à chaque fois quatre réponses différentes, c’est vous qui construisez votre personnage, c’est vous le maître du jeu. D’autant plus que, contrairement à des titres comme Heavy Rain, aucun choix n’est évident. Du début à la fin, le titre vous fait construire un personnage en établissant des choix drastiques. En faisant face à des situations le plus souvent improbables. Et c’est ce qui constitue la force du jeu. C’est ce qui va vous amener jusqu’à un final déchirant, épique, magnifique, sublime, exceptionnel. Le genre de fin qui vous fait dire : « Voilà ce que c’est de porter ses couilles et de les poser sur la table ! ». Car des couilles, les développeurs de Walking Dead doivent les avoir grosses comme des pastèques. Et avec ce scénario de dingue qui tient en haleine de la première minute, à la DERNIÈRE seconde, ils ont du se vider comme jamais. The Walking Dead, c’est la preuve qu’il n’est pas nécessaire d’avoir un moteur graphique de dingue pour proposer une aventure exceptionnelle. Plus qu’un chef-d’œuvre, c’est une leçon vidéoludique pour les joueurs, comme pour les créateurs. Une quête dissimulée émouvante, une œuvre ambitieuse qui dépasse le simple stade de jeu et qui prouve que le jeu vidéo tend vers une maturité de plus en plus assumée. On ne peut vous souhaiter qu’une seule chose : aimer autant le jeu que nous. Dommage que le tout ne soit qu’en anglais…

> Voir le trailer de The Walking Dead

A défaut de le répéter, The Walking Dead est LE titre immanquable de cette année. Techniquement imparfait, il n’en reste pas moins profondément prenant. En clair, si tu n’y joues pas, t’es pas un vrai bonhomme. Un peu comme si tu étais toujours puceau. Impossible d’afficher ta virilité ? Alors joue à Walking Dead et chiale comme une gonzesse !

Walking Dead TellTales - VERDICT

Par Sholid le

Plus de lecture