Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Sniper, Ghost Warrior 2

Fusil enrayé

Nous ne sommes franchement pas hommes à cracher sur un bon petit jeu de Sniper sans prétention. Que ce soit Call of Duty, Battlefield, ou même Medal of Honor, les missions consacrées au tir à distance restent dans les moments forts de tout bon FPS de guerre qui se respecte. Alors autant dire qu’un jeu petit prix uniquement dédié à la discipline, ça donne tout de suite envie. Seulement voilà, la réalité risque bien de vous décevoir…

« IL NE VOULAIT PAS UNE BALLE DANS LA TÊTE, POURTANT JE VAIS QUAND MÊME LA LUI DONNER »

Pour remettre les choses dans le contexte, le petit prix de Sniper Ghost Warrior 2 justifie à bien des égards moults défauts qu’il aurait été impensable de laisser passer sur un jeu AAA vendu plein pot. A ce titre, on lui pardonnera aisément ses graphismes minables, ses explosions ridicules, son scénario caricatural, une durée de vie plutôt mince, ainsi que son IA inférieure à celle du démineur sur Windows 98. A ce prix, on se contentera d’un bon petit jeu de sniper arcade, bien ficelé, et sans prise de tête. Un peu à l’image de ce que nous avait offert le sympathique Sniper Elite V2 ! Pourtant une fois lancé dans l’aventure, l’œil plaqué à la fameuse lunette, les sensations peinent vraiment à nous faire décoller. La raison numéro 1 reste cette jouabilité un peu rigide, qui alterne entre l’assistanat complet en mode normal et l’infaisabilité en difficile. D’un côté, on a un point rouge et des indications presque omniprésentes qui nous montrent au millimètre près ou la balle va retomber, et de l’autre… rien du tout. Et autant dire qu’une fois le pad en main, les paramètres sont tellement variables (vent, distance..) qu’il relève parfois de l’exploit de réussir un simple tir ! Là où Sniper Elite jouissait d’un équilibre bien dosé entre challenge et accessibilité, Ghost Warrior 2 joue entre les extrêmes. De quoi en frustrer plus d’un !

« TIRE-LUI DESSUS ! TIRE-LUI DESSUS NON DE DIEU ! »

On a beau avoir droit à quelques (trop) rares ralentis de balle impressionnants, et des séquences en visions nocturnes et thermiques sympathiques, difficile de ne pas trouver le tout plutôt fade. Concrètement, le jeu alterne entre 3 types de passages: des moments « fixes » de tir au pigeon, des zones libres à nettoyer à votre guise, et de l’infiltration. Si les zones ouvertes s’avèrent plutôt divertissantes (enfin tout est relatif), elles restent outrageusement rares ! Bien souvent le joueur est cloisonné dans des rails invisibles, condamné à effectuer des actions précises dans un ordre dicté par le jeu. « Abat celui-là. Maintenant lui à gauche. Tiens l’autre clampin en bas ! Ok c’est bon, zone suivante ». Et c’est plus ou moins la même chose pour les phases d’infiltrations. La moindre initiative est généralement sanctionnée par la reprise à un checkpoint absolument indécent. De quoi vite se décourager, d’autant plus que le jeu n’offre rien pour diversifier sa proposition ludique, si ce n’est un mode multijoueur qui souffre – disons-le – de problèmes de connexion assez expéditifs pour un genre qui demande une précision au millimètre près. Pour le reste, il n’y a ni choix d’armes, ni customisation quelconque, et encore moins d’objectifs secondaires. Les petits prix ne justifient pas tout…

Quel dommage ! Avec sa jouabilité sans saveur, des moments frustrants et un ensemble franchement limité, Sniper Ghost Warrior 2 réussit l’exploit de rendre un jeu petit prix trop cher pour ce qu’il est. Les amateurs de tir à distance qui recherchent un titre sans prétention se tourneront sans conteste vers Sniper Elite V2, bien plus amusant sur tous les plans.

SGW2 - VERDICT

Par Yox le

Plus de lecture