Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Rayman Legends

Legends never dies

Malgré un premier échec commercial (et une réussite critique), Rayman profite du paquet de pognon engendré par les assassins de sa firme pour remettre ça sur le tapis dans un second épisode sobrement intitulé Rayman Legends. Sourire à s’en faire péter la mâchoire, patate d’enfer qui éveille les soupçons et bonnes humeurs constantes qui devient louche : il n’y a aucune place au doute, Ray-Ray est bien de retour, plus en forme que jamais.

SANS BRAS ET SANS JAMBES !

À l’image des capacités au combat de Rayman, balayons d’une seule traite les quelques défauts de ce Rayman Legends, afin de se concentrer sur ses nombreuses qualités. Sur la centaine de niveaux proposés, seule une poignée propose un véritable challenge. Les amateurs de cris de rage, de jet de manette et autres arrachages de poils corporels pourront rebrousser chemin, tout comme les réfractaires à la bonne humeur. En somme, si vous êtes ouvert d’esprit et que pour vous le jeu vidéo ne se résume pas à une guerre constante entre l’oncle Sam et autres émules de Ben Laden, Saddam Hussein ou encore Bachar El Assad, alors ce Rayman devrait amplement vous satisfaire. D’ailleurs, quand on y réfléchit de plus prêt, le boulot de Rayman n’est pas si éloigné de celui des ricains : libérer un peuple entier soumis par des tortionnaires. Si l’amalgame a surement plombé l’ambiance, ni voyez pas pour autant une quelconque indication sur la qualité finale du jeu. Rayman Legends déboite sa maman, son papa, sa petite sœur et ses cousines. On n’en attendait pas moins venant de celui qui a pendant longtemps été réduit au rang de simple titre sur une jaquette, juste à côté de dizaines d’Orictolagus (Wikipedia, madafaka).

AVEC STYLE ET AVEC CLASSE !

De la première minute de jeu, à la dernière, il est extrêmement facile d’associer la réalisation de ce Rayman Legends à un véritable dessin animé interactif. Et même si Origins a placé la barre très haute, force est de constater que Legends fait encore des merveilles. Petits et grands s’émerveilleront visuellement et tactilement puisque la prise en main du jeu se fait sans couac. Il en est de même pour la réalisation sonore, avec des thèmes qui débordent de joie et qui en deviennent presque écœurants pour peu que vous veniez de passer une journée de merde. Quoi qu’il en soit, seul ou à plusieurs, le titre ne faiblit jamais, peu importe la plateforme pour laquelle vous allez opter. Parait même que si vous cotisez pour la version Wii U, Reggie Fils-Aimé débarque chez vous pour faire une partie de Wii Sports. Un dernier mot sur les niveaux musicaux : passer à côté de ces petits bijoux reviendrait à faire votre premier Bar Mitzvah, sans avoir subi de circoncision dix ans auparavant : ça ne se fait pas ! Alors, jetez-vous dessus, dégustez-les, montez le son, faites profiter votre entourage et répandez la joie autour du monde. Amen !

Dans la droite lignée de Origins, Rayman Legends offre un divertissement à la hauteur des attentes, bien que dénué de toute difficulté (et encore, on vous laissera juger pleinement ce point précis, manette en main). Avec sa bonne durée de vie, sa réalisation sublime et son univers mignon tout plein, Legends frappe fort et inscrit Rayman au panthéon des jeux de plateforme. Si certains ont encore du mal à l’entendre, il faut pourtant se rendre à l’évidence : Mario a vraiment du souci à se faire.

Rayman Legends - VERDICT

Par Sholid le

Plus de lecture