Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

R-Type Dimensions

Two Space Shooters for 10 bucks

On a tous au moins un souvenir ému à partager à propos d’un jeu qui nous a rendu fou. Mine de rien, une bonne crise de nerfs peut parfois permettre de ne jamais oublier une expérience vidéoludique. Pour certains, ce jeu c’était R-Type. Ce shooter arcade des grandes années du genre n’a jamais vraiment quitté les mémoires collectives. Pas seulement pour la qualité imparable de son gameplay, mais surtout parce que le mec qui finissait ça sous tes yeux devenait un héros dans le quartier. Aujourd’hui, le mythe renait dans une version haute définition qui se coltine tout le package usuel : graphismes remaniés, score en ligne et coop intégré. Il n’en fallait pas moins pour redécouvrir dignement les deux monuments du jeu vidéo que sont R-Type 1 et 2.

On ne déconne pas avec les gros classiques de l’arcade, surtout lorsqu’il s’agit d’un des titres les plus prisés de sa catégorie. Dans la droite lignée d’un Gradius (qui s’est lui aussi récemment payé sa réédition), R-Type c’est avant tout le doux souvenir d’heures entières de craquages nerveux et de kilos de pièces de 10 francs insérés dans une fente, désormais à la portée de tous pour quelques euros. L’occasion de se replonger dans les années bonheur pour les nostalgiques, mais aussi de découvrir le titre qui a marqué toute une génération pour les autres. Car c’est là que réside tout le bon sens de cette réédition : avec la renaissance des Die’n’retry, R-Type est plus que jamais dans l’ère du temps. Son côté shooter impitoyable a tout pour plaire aux amateurs de scoring sans pitié, déjà présent dans des jeux comme Hotline Miami ou Super Meat Boy (bien que dans des genres relativement différents). L’occasion de voir que l’histoire est un éternel recommencement, et que les besoins des joueurs en terme de challenge et de défouraillage de scores n’ont finalement pas bien changé depuis 1987.

Qu’à cela ne tienne, cette mouture HD possède également des arguments qui ne manqueront pas de plaire aux joueurs plus casuals. On pense bien sûr à ce mode vie infinie scandaleux, qui vous permet de littéralement violer le jeu. C’est ça ou bien l’option « classique », qui vous laisse seulement les 3 vies réglementaires de l’époque, soit la promesse de se faire violer PAR le jeu. Pas de juste milieu donc, et c’est bien dommage. Pour les plus téméraires, il s’agira donc principalement d’apprendre les niveaux par cœur et d’en connaitre les moindres subtilités. Autant dire que le challenge reste colossal, malgré cette option bien pratique pour ralentir momentanément le temps avec L2. Pour les plus fanboy du lot, il y a même une touche qui permet de switcher avec la version originale du titre, et ce, au beau milieu d’une partie (comme c’est le cas dans pas mal de remakes). Reste que ce n’est pas la nervosité d’un Super Stardust, ni les explosions de particules d’un Resogun. C’est de la vieille école, pure et dure. Avec toutes les qualités et tous les défauts que ça représente.

R-Type D - VERDICT

Par Yox le

Plus de lecture