Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Guitar Hero Live

Before I Forget

Pour la grande majorité des joueurs, Guitar Hero renvoie à beaucoup de choses. Ce sont des aprèms entières à tenter de tuer le mode extrême sans y laisser ses phalanges. C’est cette guitare en plastique cheap, bien trop chère, mais absolument jubilatoire, qui traine dans votre placard depuis 5 ans. Celle que vous avez failli jeter 4 fois, mais que vous avez fini par garder, comme un trophée de ces folles sessions sur Raining Blood de Slayer. L’arme de destruction massive de vos solos les plus endiablés. Comme tous les bons concepts, Guitar Hero part d’un principe très très con. Tout le monde veut se prendre pour une putain de rockstar. Notre besoin d’adulation est génétique. Même le plus grand des frustrés rêve secrètement d’enflammer les foules, de se taper trois groupies à la fois avant de les laisser en plan, prendre la route sans lendemain, engranger un max de thune et de la coller sévèrement toute la journée. La vérité, c’est que Guitar Hero ne vous filera rien de tout ça. Mais il a au moins le mérite d’offrir le seul truc qui pourra vous rapprocher de cette vie : l’illusion.

Rien ne pourra éluder la triste réalité : vu de l’extérieur, vous aurez probablement l’air d’un abruti avec votre guitare en plastique qui fait un boucan monstre. Le tableau d’un mec debout dans son salon en bordel en train de kiffer face à sa télé n’a rien de bien glorieux, mais il n’en est pas honteux pour autant. En ouvrant la boite, il y a forcément cette question fatidique : est-ce que je ne serais pas trop vieux pour ces conneries ? Pourtant, il suffit d’enchainer quelques morceaux pour que la magie opère. Dans le cas présent, l’acceptation est le premier pas vers l’appréciation. Le Guitar Hero que vous aviez laissé dans votre placard n’existe plus. Place à la nouveauté, à la prise de risques. Alors que Rock Band fait son grand retour exactement là où vous l’aviez laissé, Guitar Hero a changé de gueule. Il n’y a plus rien de modélisé dans le jeu. Simplement ces séquences filmées avec des acteurs, qui vous donnent l’illusion d’un vrai concert. Et bien que l’idée ne brille pas forcément à tous les coups, il faut bien reconnaitre que c’est plutôt cool pour un mode carrière, tout particulièrement lorsque vous vous mettez à jouer comme un énorme branque, et que la bombasse qui vous faisait les yeux doux au premier rang se met à incendier toute votre famille en vous balançant à la gueule une bière qu’elle a payé 4 euros 50. Bien qu’assez caricatural dans l’ensemble, ce jeu filmé reste plus réaliste que n’importe quel autre jeu vidéo, ce qui est une bonne chose. Hélas, il n’y a qu’une vidéo filmée par chanson, ce qui limite assez la rejouabilité. Comprenez que si le frontman saute dans la foule au deuxième refrain, il le refera autant que fois que vous jouerez cette foutue chanson.

Les chansons, parlons-en justement. Comme toujours, il y a du bon et du moins bon. Mais on va quand même être obligé d’obtenir quelques réponses à propos de certains choix artistiques. À quel moment un mec s’est dit que c’était une bonne idée de balancer du Skrillex dans un jeu Guitar Hero ? Sérieusement, le truc m’échappe totalement. Même chose pour Eminem ou Rihanna, qui donnent lieux à des moments d’une tristesse affolante. Heureusement, à côté de ça vous vous tapez du Black Keys, du Slipknot, du Sum 41, du Marilyn Manson, du Chevelle, du Rise Against, du Arctic Monkeys, du Queen, du Pearl Jam et j’en passe et des meilleures. Des titres que l’on retrouve sur le vrai gros morceau du jeu : la GH TV. Une base de données de 240 sons qui tournent aléatoirement sur deux chaines, et que vous pouvez jouer n’importe quand. Le seul hic, c’est que vous devez dépenser un jeton (débloquable dans le jeu, ou via le Store) dès que vous aurez envie de vous faire une musique à la carte. Bien que les micro-transactions soient dans l’ensemble un putain de fléau, ce système est en réalité extrêmement bien pensé, et le joueur en ressort gagnant. Non seulement parce qu’il est très simple de débloquer des jetons dans le jeu, mais surtout parce que Activision alimente sans cesse la TV de nouveaux titres, gratuitement. Rien que jusqu’à la fin de l’année, ce sont 70 nouveaux sons qui sont prévus, et qui viendront s’ajouter aux 240 existants. Sans compter les week-ends spéciaux où vous pouvez jouer à l’infini, sans avoir à claquer un seul jeton. Autant dire que ça change des chansons à 1€99. Entre ça, et la nouvelle guitare qui transfigure totalement le gameplay, on est forcé de reconnaitre que ce Guitar Hero Live est une évolution réussie. Dommage que l’absence d’un vrai multi compétitif en ligne viennent ruiner le tableau. Dernière question, Metallica, c’est pour les chiens ?

GHL REVIEW 03

Par Yox le

Plus de lecture