Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Evolve

Monster Hunter

Je me rappelle encore de mes sessions sur le premier Monster Hunter. À l’époque, je rêvais déjà de pouvoir traquer les lézards géants avec mes frères d’armes, plutôt que devant ma télé cathodique, avec mes chips, mon coca et mon infinie solitude. À peu près une décennie et deux PlayStation plus tard, le nouveau bébé des studios Turtle Rock faisait la promesse de donner vie à ce fantasme oublié. Il n’y a pas l’ombre d’un doute : sur le papier, Evolve aurait pu être le meilleur jeu multijoueur de l’année. Après tout, traquer un colosse de 8 mètres avec quatre collègues armés jusqu’aux dents, c’est une définition comme une autre du bonheur vidéoludique. Surtout quand le monstre en question est lui-même contrôlé par un autre type chez lui, dont la seule ambition à cet instant précis de sa vie est de vous écraser comme un vulgaire étron, avant de vous dégouter profondément du jeu vidéo.

Autant dire qu’il y avait clairement de quoi se monter la tête. Et on ne dit pas simplement ça parce qu’il est question de ceux qui ont donné vie à l’excellente saga Left 4 Dead. On dit ça parce qu’on voyait vraiment quelque chose d’unique dans la promesse faite par Evolve. Enfin un FPS multijoueur qui s’éloigne un tant soit peu des sentiers battus. La prise de risque est honorable, et lors de vos premières parties, la sensation d’enfin jouer à quelque chose de plus ou moins nouveau agit comme une sorte de piqure d’endorphine. Vous sautez partout avec votre Jet Pack, vous tirez sur toutes les créatures que vous croisez, vous vous émerveillez de ces grandes étendues à la faune toxique. Merde, vous êtes même prêts à endosser le rôle de Médic, et tant pis si vos interactions se limitent à courir partout pendant 20 minutes, soigner un allié à l’occasion, et finalement vous faire atomiser par le monstre qui va forcément chercher à vous descendre en premier. Normal : vous êtes la seule chance de survie de votre équipe. Autant dire que le teamwork est ici plus qu’ailleurs à l’ordre du jour. Evolve ne pardonne rien. Si un mec se met à jouer comme une larve, ou commence à faire n’importe quoi, c’est toute l’équipe qui s’écroule dans le chaos le plus total. Par exemple, sans le talent du trappeur, vous pouvez dire adieu à toutes vos chances d’enfermer le monstre dans une arène portative, qui accroit exponentiellement vos chances de victoires.

Sans le Tank, impossible de lui infliger suffisamment de dégâts pour l’abattre convenablement. Un aspect à double tranchant, qui peut très vite rendre le jeu avec des inconnus absolument atroce. Le truc, c’est que lorsqu’il est joué correctement, Evolve est un divertissement d’une profondeur qui justifie largement son prix. Sincèrement, si vous êtes avec des gens que vous appréciez un minimum (et qui ne jouent pas comme des branques, cela va de soi), la complémentarité des classes rend l’ensemble passionnant. Il est possible d’établir des stratégies toutes plus vicieuses les unes que les autres, pour peu que la communication soit de la partie. Lorsque c’est le cas, la magie qui opère est juste folle. Vous pouvez piéger le monstre, le traquer, lui tendre des embuscades, et inversement. Le monstre peut choisir de vous retourner le cerveau, vous faire naviguer aux quatre coins de la map pendant qu’il augmente gentiment de niveau, se renforce, pour mieux venir vous atomiser 10 minutes plus tard. Ce jeu est à la fois puissant, usant, génial et profondément chiant. C’est un joyeux foutoir qui peut vous offrir une partie dantesque, comme vous avoir fait perdre une demi-heure de votre vie. On pourrait s’étaler sur tout ce qu’il ne va pas, comme cette offre de DLC au lancement qui donne vraiment envie de vomir. Mais ce serait passer à côté d’un des concepts les plus rafraichissants de l’année. Pour peu que vous y jouiez avec les bonnes personnes.

Evolve - VERDICT1

Par Yox le

Plus de lecture