Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

DYAD

Ovni numérique sous acides

Enfin un jeu de drogué sur le Playstation Store ! Il faut dire qu’on avait pas eu de jeu de tir concept / psychédélique depuis le magnifique Child of Eden, sorti en 2011. Dans Dyad le principe d’administration est un peu différent, mais les effets sont les mêmes: la tête qui tourne de plaisir, les pupilles ultra dilatées et surtout un bon mal de crâne des familles post-happy hour dans le club du coin. Le truc c’est qu’avec Dyad, vous ne risquez pas de choper une MST, ni de griller vos neurones… enfin ça, ça reste à prouver.

DYAD AND NIGHT

Dans Dyad le principe est simple comme bonjour, mais bien sûr dans un soucis de cassage de couille pour le rédacteur que je suis, il est ultra compliqué à expliquer. En gros… vous êtes enfermé dans une sorte de tube géant multicolore qui avance à tout vitesse. Face à vous se trouvent des petits « ennemis » que vous allez devoir viser pour vous propulser vers eux, chaque propulsion vous faisant gagner un petit peu plus de vitesse. Le but ultime bien sûr étant d’atteindre la lumière au bout du tunnel le plus vite possible histoire de décrocher un score de vrai beau gosse. Bien entendu plus vous avancez dans les niveaux, plus les objectifs se diversifient, et plus les embûches apparaissent sur votre chemin ! A tel point que dans les derniers niveaux du jeu, on se retrouve à devoir éviter des mines à 500 à l’heure, dans un tube lumineux aux effets néons et clignotants (qui rendraient n’importe quel trip sous champis complètement surréaliste), LE TOUT accompagné par une musique électronique à la limite de vous faire collapser les tympans. Autant dire qu’il va falloir avoir des réflexes aiguisés et une énorme concentration pour ne pas passer pour une lavette internationale ! Et c’est exactement ça que l’on adore dans Dyad. Ce côté scoring sans pitié enrobé dans une enveloppe son et lumière digne d’un 14 Juillet sous LSD. Seul véritable bémol, le trip à un coup (10 balles quand même le bordel), et surtout, le concept ne se renouvelle pas assez pour véritablement tenir éveillé jusqu’au bout de la nuit.

Avec son gameplay addictif et sa réalisation aux tons néons ultra colorés, Dyad est (de l’aveu même de ses trailers) un trip vidéoludique intense qui tuerait sur place un épileptique ! Un bon petit jeu de réflexe qui décoiffe mais qui se termine toujours de la même manière: par un bon mal de crâne !

Par Yox le

Plus de lecture