Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Darksiders 2

Qui a assassiné Marcia?

Véritable succès critique, le jeu que l’on surnomme le croisement entre Zelda et God of War à su tailler sa place dans le cœur des joueurs. Pas étonnant que sa suite, Darksiders 2, soit attendue par des hordes de fans ! Vous êtes Death, l’un des quatre chevaliers de l’apocalypse, et accessoirement le frère de War, héros de Darksiders premier. Plus long, plus beau, et toujours plus RPG, Darksiders 2 repousse les limites de son ainé. Reste à voir si la mort lui va si bien…

DEATH FROM ABOVE

Le premier constat saute aux yeux: Death gagne en agilité par rapport à son frère ce qu‘il perd en puissance pure. Les combats nécessitent désormais plus de finesse avec l’utilisation d’esquives et de combos dignes des beat’em all les plus nerveux. La virtuosité dont il fait preuve n’est pas sans rappeler un certain Dante et le nombre d’enchaînements mis à disposition à de quoi faire vibrer les amateurs du genre. Cette richesse est notamment dû à la présence d’armes secondaires (masse, griffes…) qui s’intègrent impeccablement à la danse meurtrière de Death et de ses faux. Notre héros passe de l’une à l’autre sans temps morts, pour une fluidité qui frôle la chorégraphie macabre. Cette aisance, il la retrouve aussi dans les phases de plate-forme qui s’inspirent grandement de Prince Of Persia. La maniabilité au top nous permet pleinement de profiter de ses pirouettes aériennes. Les acrobaties indispensables pour parcourir les donjons ultra bien pensés et bourrés d’énigmes, dans la plus pure tradition des Zelda ! Et même si elles auraient gagné à être plus corsées, le challenge est néanmoins suffisant pour se creuser un minimum la tête entre deux boucheries. D’ailleurs comme dans le premier opus, des équipements clés (grappin, pistolet…) sont nécessaire à la résolution des donjons, et trouvent également une utilité en dehors des instances.

RED DEATH REDEMPTION

Il faut dire que Darksiders 2 est un voyage plutôt dépaysant ! La direction artistique au look comics est magnifique (merci Joe Madureira), et c’est la bande son magistrale qui se charge d’achever votre immersion. De plus, les développeurs ont renforcé un élément capital dans cet épisode: la touche RPG ! Au-delà de la présence de quêtes secondaires, la vraie grosse nouveauté est la présence du loot à outrance ! Entre les pièces d’équipement et les armes, le choix est vaste. Jeu de rôle oblige, chacun de ces éléments possède des stats différentes, et un niveau limite pour s’en équiper. En effet, la montée en niveau est également présente et permet à chaque level-up de mettre les points obtenus dans deux arbres de compétences: un pour le corps à corps, l’autre pour la magie. Les pouvoirs sont à ce titre ultra jouissifs, avec l’utilisation de magies destructrices ou encore le soutien de soldats zombies. Malheureusement, cette richesse vient avec un prix à payer puisque certains donjons manquent cruellement d’originalité. Pire, l’un d’eux est couloirisé (du verbe couloiriser) à mort et ne se résume qu’à une sorte de Gears Of War du pauvre fait par des pakistanais. La désillusion ne s’arrête pas là, puisque le scénario lui aussi se révèle un peu léger. Il manque un véritable souffle épique ! Enfin quelques bugs et autres mini-freezes peuvent bien tenter de venir casser l’épopée, mais il n’en est rien puisque l’immersion reprend toujours le pas. C’est aussi ça la marque des grands…

> Voir le trailer de Darksiders 2

Malgré son gameplay solide allié à une direction artistique de haut vol, Darksiders 2 souffre d’un scénario léger et d’une instance honteuse qui nous poussent à admettre que la mort n’est pas invincible. Et pourtant, à la fin du voyage ce sont les qualités qui l’emportent, et on se laisse volontiers emporter par Death, et son aventure aux plaisirs mortels. Une tuerie, point barre.

Darksiders 2 - VERDICT

Par Spine le

Plus de lecture