Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Crysis 3

Le Prophet est arrivé

Bien plus que quelques nuques brisées à grands renforts de supers coups de poings, Crysis 1 c’est avant tout le souvenir ému d’une liberté totale. Celle de choisir d’être le prédateur, qui se rend invisible pour écorcher ses proies, ou bien d’être la machine de guerre qui ne fronce pas un sourcil sous une pluie de balles. A l’abri dans la nano-combinaison surpuissante de Prophet, cet ultime épisode du FPS phare de Crytek distille tout ce qui s’est fait de mieux dans les deux précédents. Un hybride créé pour tuer que vous ne risquez plus de lâcher !

JE SUIS UNE LÉGENDE

Le retour dans la jungle New-Yorkaise est à couper le souffle. Adieu les gratte-ciels encore fiers de Crysis 2, le théâtre de cet épisode a des faux airs de Je Suis Une Légende. Le rendu visuel claque la rétine et, même sur console, les effets de lumières sont à tomber par terre. La ville n’est qu’un champ de ruines, éventrée par un amas végétal. Une jungle désormais luxuriante qui semble avoir repris ses droits depuis des décennies, et qui s’entremêle aux épaves rouillées de trains et autres hélicoptères, derniers témoins d’une invasion alien douloureuse. C’est un peu comme si on avait superposé l’île ouverte de Linghsan (du premier Crysis) aux rues étroites de la grosse pomme telle qu’on l’a connue dans le second épisode. Le résultat? Un hybride semi-ouvert, parfait équilibre entre ses deux prédécesseurs. Toujours aux commandes de la combinaison jubilatoire de Prophet, on alterne les niveaux étroits bourrés d’intensité pour mieux se retrouver 10 minutes plus tard aux commandes d’un buggy, perdu au milieu d’un vaste terrain de jeu bourré de possibilités !

SUITS YOURSELF

Il faut dire qu’avec une nano-combinaison en guise de couvre-chef, les options qui s’offrent à vous sont tout de suite plus étoffées. Et pour cela, la formule n’a pas changée depuis qu’on vous a parachuté du haut d’un avion sur l’île de Lingshan. D’une simple pression de gâchette, vous pouvez toujours devenir un prédateur invisible qui abat ces victimes une à une grâce au camouflage optique. A moins que vous ne soyez plus du genre à aimer les face à face avec la mort en vous jetant en plein milieu de la fourmilière, armure enclenchée, pour un carnage que vous n’êtes pas prêt d’oublier. On court à la vitesse de l’éclair, on saute sur de méga distance, et chaque coup de poing explose la cage thoracique de vos assaillants ! Mention spéciale pour la possibilité de ramasser tout ce qui se présente. On avoue que lancer une machine à laver pleine puissance dans le visage d’un type, c’est un trip qu’on ne nous avait plus offert depuis Half Life.

PSYCHOTIQUE

Avec un tel pouvoir, difficile de ne pas prendre son pied, d’autant plus même si l’originalité n’est pas au beau fixe, quelques nouveautés ont fait leur apparition. On pense notamment à la possibilité de hacker une tourelle à distance, ou bien d’utiliser à tout moment le déjà sacro-saint arc ! Une arme aussi silencieuse que dévastatrice qu’il est également possible (à l’instar des autres armes du jeu) d’améliorer d’une simple touche. Que vous soyez plus cartouches explosives ou bien munitions électriques, le jeu s’évertue constamment à rendre l’utilisation de votre équipement inoubliable. On pensera plus précisément aux armes aliens, toujours aussi dévastatrices. Même les petits retours au calme sont réussis, notamment grâce à la relation entre Prophet et un autre personnage secondaire qui est franchement loin d’être désagréable. Sans casser des briques, on apprécie que les développeurs aient pensé à pousser le délire scénaristique un peu plus loin qu’un type qui doit sauver le monde. Même si à la fin, c’est de cela dont il s’agit. Seul énormes bémols qui viennent casser le délire: une durée de vie à peine digne d’un Call of Duty, et un mode multijoueur bien que sympathique, qui peine à vraiment se démarquer du 2. Mais rassurez-vous, ça ne l’empêchera pas de rallonger vos soirées avec plaisir ! Et puis ça change de Black OPS 2…

> Voir le trailer de Crysis 3

Gameplay surpuissant, passages monstrueux, et réalisation au sommet de la génération actuelle, Crysis 3 impressionne et s’impose comme l’hybride parfait entre l’ouverture du premier et l’intensité du second. Le trip à beau être vite expédié, force est de reconnaitre que le jeu en vaut un minimum la chandelle… à moins d’être définitivement réfractaire à la licence depuis qu’elle n’est plus une exclue PC.

Crysis 3 - VERDICTT

Par Yox le

Plus de lecture