Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Costume Quest 2

Candy Crush

On vous le dit depuis que vous êtres hauts comme trois pommes : ne mangez pas trop de sucreries, brossez-vous les dents 3 fois par jour, et n’avalez jamais un Dragibus sans vous dire que ces petites boules colorées pleines de saveurs en veulent à votre santé bucco-dentaire. Si on y réfléchit bien, les friandises sucrées et pétillantes de votre enfance constituent les balbutiements de votre rapport futur à l’addiction, et à toutes les autres formes de drogue que ce bas monde peut vous offrir. Lorsque vous aimez vous remplir la panse d’Oursons en Guimauves, le soir d’Halloween est une date que vous attendez tout particulièrement. Pas seulement pour ressortir votre joli déguisement, mais surtout pour les libertés gustatives qu’il vous octroie. C’est un petit peu comme si on disait à un héroïnomane : « vas-y fréro, ce soir tu peux y aller à fond, tout le monde le fait ».

De ce fait, les soirées déguisées du 31 octobre font forcément parties de vos plus beaux souvenirs d’enfance. L’incarnation même de l’innocence, où on s’étrangle entre copains, se donne des coups de couteau en plastique, et se jette du sang de porc à la figure en toute impunité. Un vilain dentiste, une mystérieuse affaire de bonbons volés, des gamins qui se déguisent à tout bout de champ : la question n’est pas de savoir si Costume Quest 2 est un jeu pour enfant, mais plutôt de savoir pourquoi vous continuerez quand même à y jouer avec autant de ferveur. Dans le fond, ne sommes-nous pas qu’une bande de gosses, qui allons au bureau, conduisent des bagnoles, et qui payent leurs factures ? C’est le grand talent des productions récentes de Double Fine, comme Stacking ou l’excellent The Cave : leurs jeux s’adressent au gamin qui sommeille en vous, tout en ayant le bon gout de proposer une production intelligente, faisant preuve d’un humour assez subtil, de mécaniques simples mais efficaces, et d’un niveau de finitions qu’on est loin de trouver dans toutes les productions pour enfants. Les vraies. Car si Costume Quest possède l’apparence, la difficulté, et même le scénario d’un jeu pour les moins de 10 ans, il n’en est pas vraiment un.

Je dirais qu’à l’instar de pas mal de productions du studio de Tim Shaffer, Costume Quest 2 s’adresse surtout aux grands enfants. Ceux qui ne se lassent pas de retomber au beau milieu de l’une des périodes les plus insouciantes de leur vie. La douce époque où vous faisiez du porte-à-porte pour braquer quelques friandises à vos voisins, et où vous n’aviez pas besoin de grand-chose pour vous lancer dans une folle aventure, grandement catalysée par votre imagination débordante, qui vous fait tant défaut aujourd’hui. Ici, il est question de sauver le soir d’Halloween, mis en danger par un dentiste allergique au sucre, obsédé par les caries et le fil dentaire. Un homme aux cicatrices profondes, qui va peu à peu se transformer en dictateur de l’hygiène dentaire. En multipliant les bonds temporels, nos jeunes héros vont devoir résoudre cette crise de saccharose. Pour ce fait, ils devront multiplier les combats plutôt basiques, qui prennent la forme d’un RPG ultra simplifié, où il est avant tout question de timing. Chacun des costumes que vous trouverez en route fera office de nouveau combattant, qui possède ses attaques et sa propre capacité spéciale. Le superhéros, le fantôme, le pharaon ou bien le Hot Dog : tous possèdent des attributs bien particuliers. Bien que le tout soit d’une facilité alarmante, il est difficile de ne pas se prendre au jeu, faisant filer les cinq petites heures de la campagne à vitesse grand V. Juste le temps de s’offrir une parenthèse nostalgique. Un break bien mérité dans votre vie mouvementée d’adulte.

Costume Quest 2 - VERDICT

Par Yox le

Plus de lecture