Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Quoi de plus mérité que le succès critique et commercial de The Witcher 3 ? Le jeu est une bombe absolue, son scénario est ultra travaillé, son univers est profond, et son développement est le fruit d’un intense souci du détail. Witcher 3 est un chef-d’oeuvre à bien des égards. Et la bonne nouvelle, c’est qu’il se vend encore par semi-remorques.

C’est clairement ce qui nous avait séduits en 2015 : les aventures du Sorceleur sont d’une générosité sans faille. Si le troisième opus de The Witcher est devenu un tel phénomène, c’est d’abord parce qu’il a réussi à sublimer une formule testée depuis le départ de la trilogie. Son monde ouvert fantasy est sombre, dur, tantôt merveilleux, tantôt impitoyable. Et puis son héros (Geralt) dégouline de charisme, tout en laissant une place conséquente pour que l’identification exerce sa magie. Les dialogues à choix multiples, scénarios alternatifs, missions annexes, différentes romances et tenues personnalisables font de Witcher 3 une expérience hautement personnelle. Et bien que le jeu soit sorti depuis 4 ans, et que sa promo soit pratiquement au point mort, le bouche-à-oreille fait qu’il continue à se vendre très honorablement. Dans un communiqué, le studio CD Projekt Red confirme que Witcher 3 s’est mieux vendu que l’année dernière à la même période. Ce qui porte le total d’exemplaires vendus à plus de 20 millions (sachant que la version Switch est en chemin). Peut-être faut-il y voir un regain d’intérêt à l’approche de la sortie Netflix… Une chose est certaine, Witcher 3 jouit aujourd’hui d’une notoriété qui fait plaisir à voir. Notre foi en l’humanité remonte rien qu’à l’idée qu’un tel jeu puisse atteindre la reconnaissance globale du public. Tant d’autres créations exceptionnelles (comme Okami par exemple) restent boudées de l’intérêt général. Avec The Witcher, CD Projekt Red tient en tout cas de l’or entre les mains. Vivement la suite.

Par Yox le

Plus de lecture