Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

On doit bien l’admettre, il a une certaine satisfaction à voir une vieille dame s’infiltrer dans Scotland Yard, avant de hacker les lieux de l’intérieur. Vous le saviez peut-être déjà : Watch Dogs Legion vous permettra d’incarner une foule de personnages connectés.

Des hackers de tous les âges et de tous les sexes, qui opèrent dans les rues sous haute surveillance d’une Londres post-Brexit, bouffée par la régulation du système ctOS qui traque tous les faits et gestes de la capitale britannique. Au-delà de la direction artistique dopée aux néons, ce troisième volume de Watch Dogs a au moins le mérite de dégainer un nombre assez respectable de nouvelles idées. Basiquement, on nous promet de pouvoir recruter, mais surtout d’incarner n’importe-qui. Tous les personnages du jeu peuvent être entraînés. Tous possèdent une personnalité, une histoire qui leur est propre, mais aussi une voix et des capacités individuelles. Un ex-agent du MI5 saura par exemple manier les armes, alors qu’un boxer saura se débrouiller au corps à corps comme personne. Quant à notre chère vieille dame, elle aura probablement la sagesse (et l’arthrose) de son côté. En plus du fait que personne au monde n’aura la présence d’esprit de se méfier d’elle. Histoire d’aller au bout de la démarche, chaque cinématique du jeu s’adaptera au personnage que vous choisirez d’incarner. Autant dire qu’on a clairement hâte de voir ça de nos propres yeux, et surtout manette en main. D’ailleurs à ce propos, la sortie de Watch Dogs Legion est prévue pour le 6 mars 2020.

Facehugger 3.0 / Crédits : Ubisoft

Vivement la retraite / Crédits : Ubisoft

Par Yox le

Plus de lecture