Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Pour boucler une année complète, il faut un 14 juillet, le Beaujolais, Noël et un nouvel épisode de Call of Duty. C’est comme ça, c’est presque devenu une tradition. Les magasins ouvrent à minuit, les t-shirts trop grands sont distribués à la pelle, et une flopée d’arrêts maladies tombe judicieusement aux alentours de la mi-novembre. Tous les ans c’est la même histoire. Il y a ceux qui hurlent que rien ni personne ne sera plus jamais au niveau de Modern Warfare 2, il y a les mecs qui plombent le solo en une nuit pour se consacrer au multi pour les 364 prochaines soirées, et enfin le pire : il y a tous ceux qui passent leur premier Prestige aux alentours de 8 heures du mat.

On ne va pas se mentir, il suffit d’aligner les mots « Black », « Ops » et « 3 » pour apercevoir la vive lueur des billets verts briller dans les yeux des commerciaux de chez Activision. La licence Black Ops est une poule aux œufs d’or dans la poule aux œufs d’or. Ce qui au premier abord peut s’avérer contre-nature, et qui se traduit par des chiffres qui le sont tout autant : plus de 55 millions d’unités vendues, 100 millions de joueurs online, et près de 9 millions qui se connectent encore tous les mois au jeu. Les chiffres donnent le tournis, et soulignent au marqueur rouge un truc dont on se doutait déjà fortement : quoi qu’il se passe, le prochain Black Ops reste l’un des jeux les plus attendus de cette fin d’année. Pour leur premier épisode du new-gen, les mecs de Treyarch reviennent avec un choix contextuel qui fait déjà débat : le futur, encore et toujours. Contrairement à Advanced Warfare, le nouveau Black Ops s’inspire très fortement de deux autres productions : Deus Ex pour l’univers, et Titanfall pour le gameplay. Il nous paraissait donc important de revenir en détail sur ce mode très attendu, qui constituera le cœur du jeu.

Le futur de la série


Si vous avez un peu suivi l’actu du jeu, vous savez que la technologie de Black Ops 3 n’a plus ou moins rien à avoir avec l’Exo-squelette de Advanced Warfare. Place au Direct Neural Interface, un nom savant qui désigne en réalité le système avec lequel vous allez pouvoir augmenter votre personnage. Toujours présents, les atouts ne seront plus de basiques modificateurs de stats, mais des équipements qui s’intègreront directement à l’interface de votre soldat, le rendant plus rapide, plus résistant, plus discret, ou lui permettant d’avoir plus de grenades… Concrètement ça ne change pas grand-chose, mais c’est toujours bon pour l’immersion. Qui dit supersoldat dit d’ailleurs supercapacités. Sur ce point, Black Ops 3 devrait marcher tout droit sur les traces de Advanced Warfare, qui avait révolutionné la manière d’appréhender les maps dans la série avec ses doubles sauts et ses dashs boostés. Les soldats de Black Ops seront équipés des mêmes capacités, mais pourront également courir sur les murs (tout en continuant à tirer), et faire des kills sous l’eau.

Une très haute personnalisation


Les cartes seront bien entendu conçues pour laisser pleinement s’exprimer ces toutes nouvelles capacités. Si vous avez déjà joué à Titanfall, vous devriez savoir que ce gameplay très vertical est absolument jouissif, pour peu que le level design de la map vous laisse vous amuser convenablement. En parlant de Titanfall, l’un des nouveaux Killstreak de Black Ops 3 vous permettra de larguer un robot sur la carte, qui pourra à la fois défendre un point précis, ou bien vous suivre un peu partout. Ça ne s’invente pas… Pour le coup, je trouve ça plutôt dommage de pomper aussi bassement sur la concurrence. Ce que la série gagne en écrasant toutes les idées de Titanfall, ce sont les joueurs qui le perdent dans la diversité de l’offre des FPS multijoueurs consoles. Comme souvent, la personnalisation sera une fois de plus ultra poussée dans ce Black Ops. De votre avatar, son look, sa voix, son sexe, en passant par ses équipements, ses armes… Il sera même possible de customiser le visuel d’une arme via un Paintshop plutôt poussé, qui laissera s’exprimer toute votre créativité.

De nouvelles classes


La vraie nouveauté de cet épisode vient du tout nouveau mode Spécialiste. Rien à voir avec le mode Spécialiste de Modern Warfare 3, qui permettait de gagner de plus en plus d’atouts au fil des scores-streaks. Ici, il s’agira d’incarner des soldats d’élite, aux capacités assez uniques. Ils sont neuf au total, et quatre d’entre eux ont déjà été dévoilés. Tout d’abord, la classe « Ruin » vous met dans la peau d’un soldat tête brulée, qui se bat avec des Gravity Spikes, une arme qui déclenche de grosses ondes de choc qui ont le potentiel de broyer tous les os de ceux qui osent se mettre dans leur chemin. « L’outrider » est un sosie des héros d’Assassin’s Creed. Il se déplace dans l’ombre, et dégaine de redoutables flèches explosives qui font littéralement imploser les types en face de vous. Le « Seraph » se balade avec un énorme revolver surnommé l’Annihilator, alors que la classe « Reaper » vous permettra carrément d’incarner un robot, dont l’arme principale (une puissante mitrailleuse) se trouve intégrée à son bras. Un petit vent de fraicheur, qui ne manquera pas d’apporter un peu de diversité à ce nouvel épisode qui risque bien de vous couter quelques nuits blanches à partir du 6 novembre prochain, exclusivement sur PC et nouvelles consoles.

Black Ops 3 multi - NEWS04

Black Ops 3 multi - NEWS02

Black Ops 3 multi - NEWS03

Black Ops 3 multi - NEWS05

Par Yox le

Plus de lecture