Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Parmi la foule de projets et de nouveaux jeux, il y a quelques titres qui parviennent à capter tout particulièrement notre attention. Sous ses tons flashy, ses couleurs criardes, et son approche science-fiction : No Man’s Sky est avant tout une curiosité. Un titre qui promet une expérience de jeu inédite dans le monde du jeu vidéo. Et rien que pour ça, le futur bébé de Hello Games mérite qu’on lui porte notre attention.

Dévoilé l’année dernière, le titre toujours prévu sur PS4 et PC au courant de l’année 2015 a laissé filtrer quelques nouveaux détails. Plongé dans un univers aléatoire en vue subjective, le joueur aura basiquement l’entière responsabilité de son destin entre les mains. Le but des développeurs est simple : offrir une expérience unique à chaque joueur. Lui donner le sentiment de découvrir une planète vierge, dès qu’il pose le pied sur un nouvel astre. Offrir une parenthèse évasive aux confins des univers. Pour résumer : chacune des lunes sur lesquelles vous vous posez est le fruit de plusieurs centaines d’algorithmes qui se génèrent de manière totalement aléatoire. De la topographie, à l’atmosphère, en passant par la faune, la flore, les couleurs, la météo, les conditions climatiques. Le détail va même beaucoup plus loin, puisque les attributs de chaque animaux sont eux aussi générés aléatoirement, créant ainsi de nouvelles espèces au fil de vos découvertes.

Une quête qui se boucle entre 40 et 100 heures


Si techniquement le titre se révèle bel et bien être une énorme claque, de gros doutes subsistaient sur les activités disponibles dans ce monde vierge. Comment intéresser le joueur sans quêtes, sans histoire, sans personnages à qui parler, et sans le côté construction d’un Minecraft ? La réponse est simple : le joueur aura comme objectif d’atteindre le centre le l’univers. Ni plus, ni moins. Pour ce fait, il devra explorer, chasser, et miner sur les planètes qu’il croise, dans l’espoir d’obtenir assez de ressources pour accéder à un vaisseau plus puissant, qui pourra vous emmener plus loin. Sachant que plus le joueur se rapproche du centre, plus la population locale sera difficile à gérer. La faune sera plus agressive, les ressources moins abondantes. Autre point important : une police robotique est chargée de veiller sur l’écosystème, et vous attaquera dès lors que vous commencerez à devenir trop gourmands.

Une liberté d’action totale


C’est également au joueur de choisir sa vocation. Vous pouvez par exemple décider d’être un pilote de chasse pirate de l’espace, en pillant directement les vaisseaux marchands. Vous risqueriez cependant d’avoir des problèmes avec la frégate spatiale. À l’inverse, vous pouvez opter pour une existence plus paisible de marchand, qui collecte les ressources avant de les vendre. Mais vous serez plus vulnérable. Tout est donc une question d’équilibre. À noter qu’il sera possible de croiser d’autres joueurs via un mode multi intégré à l’expérience solo. Vous pourrez également envoyer une planète déjà explorée à un autre ami, de manière à échanger sur vos découvertes. Pour la petite histoire, les développeurs de Hello Games promettent une durée de vie totale de 5 milliards d’années. Soit le temps qu’il faudrait pour explorer une à une toutes les planètes de l’univers de No man’s Sky. Un titre plus que jamais synonyme de belles promesses.

No Mans Sky - NEWS01

No Mans Sky - NEWS02

No Mans Sky - NEWS03

Par Yox le

Plus de lecture