Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

C’est l’une des meilleures nouvelles licences de l’année et assurément une véritable réussite. Bloodborne, la création exclusive des esprits torturés de From Software pour Sony, se pourvoit d’une extension qui ravira à coup sûr toutes les personnes avides de sang et de cauchemars.

S’il était difficile de véritablement distinguer Bloodborne de la série des Souls avant la sortie de ce premier, la nouvelle licence de From Software est parvenue à creuser la différence avec sa direction artistique tout simplement sublime. Un chasseur, une ville, un cauchemar, du sang à profusion, des monstres plus ignobles les uns que les autres : Yharnam est l’enfer sur terre. Au-delà de son aspect punitif, mais jamais injuste, qui a fait la renommée du studio From Software, Bloodborne est avant tout ce qui se rapproche le plus d’un excellent survival horror. Puisque la mort peut survenir à chaque coin de rue et qu’il ne s’agit aucunement d’un euphémisme, l’exclusivité de Sony est beaucoup plus effrayante que bon nombre des titres qui revendiquent l’étiquette de jeu horrifique. On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du jeu et on a décidé d’en remettre une couche à l’occasion de la sortie de l’unique extension du jeu baptisée The Old Hunters. Replonger dans l’enfer de Yharnam avec The Old Hunters a un prix. Certes, le contenu est accessible assez tôt dans le jeu, mais il faudra impérativement avoir un chasseur avec des statistiques solides (niveau 150 en NG+, par exemple) pour aborder sereinement ce nouveau contenu.

Le chaînon manquant


Entre les vieux chasseurs qui hantent la zone du Faubourg de la cathédrale et les cinq boss bien tordus du contenu, il faudra s’accrocher, sous peine de repartir pour quelques heures de farming dans les donjons ou autre. Si la première zone du jeu a de quoi surprendre puisqu’elle se contente juste de revisiter le Faubourg de la Cathédrale, les deux autres sont beaucoup plus réjouissantes. Entre les escaliers sinueux du laboratoire et les grottes malsaines du village des pêcheurs, la direction artistique de Bloodborne et son level design font mouche une fois de plus. L’autre raison de replonger dans Bloodborne et de succomber aux charmes de sa seule et unique extension, c’est la profusion de nouvelles armes qu’il vous sera possible de dégoter dans The Old Hunters. Et il y en a pour tous les goûts ! Seule ombre au tableau : les pierres de sang sont en nombre limité et il faudra passer par l’horrible case Donjon, afin d’en dégoter de nouvelles pour fortifier ses nouveaux joujoux. Pour une vingtaine d’euros (somme assez conséquente pour un DLC), vous pourrez prolonger l’aventure durant une grosse quinzaine d’heures. De quoi satisfaire ceux qui ont déjà retourné le jeu principal dans tous les sens. Et pour ceux qui voudraient se sentir minables, on vous propose de découvrir l’action spectaculaire d’un joueur qui bat le boss final de The Old Hunters, en New Game + 7, sans aucune arme, uniquement avec ses poings. Oui, rien que ça :

Par Sholid le

Plus de lecture