Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

En jouant à Steep, votre premier réflexe sera naturellement de prendre d’assaut les sommets en ski ou en snowboard, prêt à dévaler les pentes les plus extrêmes dans un esprit communautaire et une sensation de liberté que l’on avait perdue de vue depuis la grande époque des SSX.

Pourtant, il n’y a pas que ça dans le jeu de sport extrême signé Ubisoft Annecy, qui vous propose également de raser du menton les sommets rocheux en Wing-suit, avant de chiller en parapente. La comparaison avec SSX s’arrête donc ici. Sans être dans la simulation pure et dure, Steep assume son approche plus réaliste et moins arcade des disciplines dont il fait l’éloge. Disons que Steep est à SSX, ce que les trois Skate sont à la saga des Tony Hawk. Le jeu est plus sérieux, verse moins dans les tricks les plus improbables, mais n’est pas pour autant dénué de qualité. Sans être impossible à prendre en main, le système de figure fait preuve d’une certaine exigence, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Tout comme ce magnifique terrain de jeu ouvert, au coeur des Alpes. Les gens qui ont conçus ce jeu savent de quoi ils parlent, ils connaissent, aiment et pour certains pratiquent le massif des Alpes depuis des années. Manette en main, ça donne un terrain de jeu cohérent, qui trouve le juste milieu entre réalisme topographique et lieux propices aux bonnes sensations de jeu. Un point sur lequel l’accent a également largement été mis, surtout du côté de l’impression de vitesse. Si le jeu tient sur la longueur, Steep pourrait bien être le bol d’air frais dont le jeu vidéo a bien besoin ces derniers temps. Bien qu’il ne soit pas parfait, ce jeu revigore un genre jusqu’ici à l’abandon. Pour ça, il mérite au moins votre attention.

steep-launch-04

steep-launch-05

steep-launch-02

steep-launch-01

Par Yox le

Plus de lecture