Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Relancer SSX 3 sur une PlayStation 2 fraîchement dépoussiérée, elle-même reliée à une TV cathodique est un émerveillement de tous les instants. Véritable lettre d’amour à la glisse arcade, le troisième volet de la saga reste monstrueux à bien des égards.

Oubliez l’espace de quelques heures les télévisions 4K de tueurs à gages. N’allez pas rejouer à SSX 3 sur ces trucs-là. Une réflexion qui vaut pour n’importe quel titre PS2. C’est le meilleur moyen de rendre le jeu plus dégueulasse qu’il ne l’est vraiment, même en réglage 4/3. Personne n’a envie de voir d’atroces bandes noires verticales sur les côtés de votre écran hors de prix. Et on ne parle pas du réglage 16/9 qui étire l’image originale sans aucun respect. Si vous avez encore le matos analogique d’époque, le mieux reste de ressortir les vieux câbles péritels, et de jouer à SSX 3 dans son environnement naturel. Déroulez vos vieilles manettes, assurez-vous que les joysticks soient en état de marche, et faites parler la poudreuse comme en 2003. Passé l’introduction orgasmique de cette bonne vieille PS2, place à la nostalgie, mais surtout aux hectolitres de fun. Là où le reboot de 2012 jouait la carte du sérieux, SSX 3 prône la compétition, et surtout le multijoueur décomplexé. Soit l’ADN même de la saga, qui s’est totalement fait broyer dans la version de lancement du remake sur PS3. SSX, c’est avant tout l’art de brancher une deuxième manette, et de se tirer la gueule entre potes sans craindre les conséquences d’une déconnexion de votre Box internet. Chose que SSX 3 fait particulièrement bien. Le solo n’est pourtant pas en reste, avec un mode de sélection semi-ouvert assez inédit, dans lequel vous choisissez votre épreuve en surfant jusqu’au point désiré. Des plus hauts pics gelés à la station de MetroCity Breakdown, le jeu multiplie les spots du bonheur, créés dans le seul but d’accueillir les scores les plus démentiels. Race, Big Air, Slopestyle et même Superpipe, il y avait déjà tout. L’immersion est aussi un point important du jeu. Tout donne l’impression de participer à un festival géant dédié à l’art de la glisse. L’animateur de Radio Big crée le lien entre les épreuves, mais balance surtout une soundtrack de l’autre monde. Red Hot Chili Peppers, Fisherspoonner, Queens of the Stone Age, Jane’s Addiction, N.E.R.D, Placebo ou encore les Chemical Brothers sont au menu des réjouissances. Plus d’une grosse décennie plus tard, ce jeu représente toujours un bol d’air frais des plus grandioses. C’est probablement le meilleur de la saga, suivit de près par On Tour. Vivement que la saga retrouve les sommets. D’ici là, l’alternative s’appelle Steep.

SSX 3 01

Par Yox le

Plus de lecture