Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Plus de 10 ans après sa sortie, Shadow of the Colossus est toujours aussi magnifique. Alors que The Last Guardian, prochain jeu de la team Ico continu de se faire désirer, le timing semble parfait pour se refaire l’un des meilleurs jeux de tous les temps.

Sous ses faux airs de titre minimaliste, Shadow of the Colossus est en réalité l’un des jeux les plus passionnants de la création, où s’entremêlent l’anticipation, les silences maîtrisés, l’exploration, et les cavalcades épiques, où l’adrénaline est à son comble. C’est une œuvre hautement symbolique, qui traite de l’égoïsme des hommes, et qui dissimule un propos d’une rare intelligence sous une apparente naïveté. Perdu dans une contrée lointaine, presque désertique, un jeune héros entame un voyage initiatique qui ramènera à la vie l’élue de son cœur. Pour ce faire, il devra accomplir un rituel long, éprouvant et presque impossible : abattre 16 colosses, qui hantent les plaines dépouillées de cette région reculée du monde. Si la quête peut paraître noble, le joueur se rend bien vite compte que certains colosses sont tout sauf agressifs. Ce sont des êtres le plus souvent pacifiques, qui vivent en autarcie et ne font de mal à personne. Chaque combat est épique, démesuré, galvanisant, emmené par une bande-son grandiose. Et si la victoire est toujours synonyme de délivrance, elle garde également un goût amer en bouche. Celui d’avoir détruit un être innocent, qui ne faisait rien d’autre que vivre sa vie. Un meurtre, en quelque sorte. Ce déferlement d’adrénaline contraste largement avec les longues phases de recherche, lors desquelles vous arpentez le monde avec votre fidèle destrier Agro. Bien qu’il date d’une décennie, l’intégralité de ce jeu est encore gravée dans la mémoire collective. Mais ce n’est pas une raison pour le laisser sombrer dans l’oubli. D’ailleurs, son héritage perdure. Il y a quelques mois, un jeune studio fan de l’œuvre originale a présenté Prey for the Gods, une revisite que certains qualifieront de plagiat. On vous laisse y jeter un œil, juste en dessous :

Source image entête.

Par Yox le

Plus de lecture