Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Cette machine est une lettre d’amour à la nostalgie et à l’art du rétro gaming. Sobrement baptisée Retropack, cette console de manufacture française a tout du compagnon idéal pour passer d’interminables soirées à poncer l’histoire du jeu vidéo.

Imaginez une plateforme qui regroupe la première PlayStation, la Nintendo 64, la Sega Megadrive, mais aussi la Super NES, la Gameboy Advance ou encore la GameGear. Pensez à tous ces jeux iconiques que vous allez pouvoir télécharger en quelques clics sur USB, avant de les brancher dans un boîtier minuscule, qui embarque tout ce qu’il faut pour enchaîner les soirées. C’est plus ou moins le défi du Retropack, une plateforme aisément transportable, qui prône le rétro-gaming facile et accessible. Pour en profiter, il suffit de connecter le boîtier en HDMI à n’importe quelle télé récente, brancher jusqu’à 4 manettes et le tour est joué. Si la plateforme embarque quelques jeux libres de droits, ce sera néanmoins à l’utilisateur de se procurer les jeux par ses propres moyens. Les créateurs se reposent néanmoins sur la loi sur la copie privée, qui permet à un particulier de dupliquer un objet intellectuellement protégé en sa possession, tant qu’il en garde un usage personnel et exclusif. Sur le long terne, leur but est de développer l’offre légale sur les jeux rétro. Vous pouvez y brancher jusqu’à 4 manettes en filaire via USB et en Bluetooth. Sur la page KissKissBankBank du projet, les premières consoles partent à 100 euros, avec 16 gigas de mémoire et deux manettes au choix. On peut néanmoins monter à 350 pour une console 64 gigas avec 4 manettes sans fil, et une visite des locaux des fabricants. Plutôt cool.

Par Yox le

Plus de lecture