Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Contrairement à ce qu’une partie de la presse vous annonce, le plombier de Nintendo ne vient pas de souffler sa trentième bougie. Merde, certains disent qu’il n’est même pas plombier, mais plutôt jardinier. Il paraitrait que les tuyaux verts seraient des pots de fleurs.

Quoi qu’il en soit, ce n’est pas Mario lui-même, mais le jeu Super Mario Bros qui vient bien de passer le cap de la trentaine. Celui de la maturité, où l’on commence à penser autant à son avenir qu’à l’héritage qu’on va laisser derrière. Et celui de Mario est colossal. Que dis-je, il est gargantuesque. Un pionnier de la plateforme, que ce soit en deux ou trois dimensions. Un ponte du divertissement et la convivialité. Un ambassadeur de la bonne humeur qui réunit les générations, les cultures et les sexes sous une seule et même bannière, dans un monde où tout semble nous diviser. Luigi, Peach, le terrible Bowser : c’est une histoire dans le sens le plus traditionnel et manichéen du terme. Pas d’artifices, pas de faux retournements de cerveaux. Juste des champis, le thème culte de Koji Kondo, des coups de boules, et un bon vieux duel entre le bien et le mal. Sorti le 13 septembre 1985, Super Mario Bros faisait partie des précurseurs, et s’imposait déjà à une époque où le jeu vidéo était encore vu comme cet étrange divertissement. Une curiosité pour attardés asociaux allergiques à la lumière du jour. Trente ans plus tard, le média a bien évolué, et touche un public toujours plus large. Quant à Mario, il est toujours là. Fidèle au poste.

Mario 30 - NEWS02

Source image entête.

Par Yox le

Plus de lecture