Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Sorti en fin d’année 2013, le tout premier jeu de la série Outlast surfait sur la vague de titres comme Amnesia ou Penumbra. Des jeux d’horreurs à la première personne lors desquels le joueur sans défense devient très vite la victime d’un environnement aussi hostile que malsain.

Il faut parfois savoir faire face à ses démons. Reconnaitre la vérité en face : Outlast est une véritable purge, aussi atroce qu’éprouvante. Plongé dans un asile sans arme, sans lumière, et sans protection, ce jeu est l’archétype du train fantôme vidéoludique. Des niveaux linéaires, des jump-scares à foison, et de l’horreur tout ce qu’il y a de plus putassière. Mais force est de constater que ça fonctionne toujours aussi bien. Surtout lorsque vous vous faites traquer dans d’étroits couloirs par deux psychopathes avides de sang, qui se trimbalent la bite à l’air, prêt à vous éviscérer à tout moment. Compte tenu du joli succès du premier, il n’est donc pas étonnant de voir qu’une suite est en développement. Et selon les développeurs du jeu, cette dernière sera largement inspirée du tristement célèbre massacre de Jonestown, qui reste l’un des plus gros cas de suicide collectif de l’histoire. Lors d’une interview à Indie Game Level Up, Phillipe Morin, co-fondateur du studio Red Barrels étoffe : « Les deux jeux évoluent dans un univers similaire, et nous travaillons à combler le creux entre ces deux histoires. Nous avons besoin de quelque chose qui poussera les joueurs à se demander ce qu’il se passe, voilà pourquoi il était logique de quitter l’Asile. Nous devions diriger les joueurs vers un nouveau lieu, afin qu’ils aient à nouveau le sentiment qu’ils ont eu la première fois qu’ils ont pénétré dans l’Asile […] Il y a quelque chose que nous avons beaucoup étudié pour le second jeu. C’est ce qu’il s’est passé à Jonestown dans les années 70. Je crois que c’est considéré comme le plus grand suicide de masse de toute l’histoire. Nous avons fait beaucoup de recherches sur ce sujet en tant qu’inspiration pour Outlast 2 ». Voilà qui promet beaucoup pour la sortie du jeu, toujours prévue pour cette fin d’année.

Outlast 2 01

Par Yox le

Plus de lecture