Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

C’est l’ultime volet du maître Kojima. Le dernier chainon manquant de l’histoire. La dernière pierre d’un édifice scénaristique colossal, qui perdure depuis près de 28 longues années. Dans quelques jours, l’une des histoires les plus passionnantes de la galaxie du jeu vidéo sera enfin complétée.

Pour beaucoup, Metal Gear Solid restera dans les mémoires collectives comme la licence d’infiltration par excellence. Celle qui vous a donné gout à la vie dans une boite en carton, qui a réussi à faire bouger votre manette par la simple force de la pensée, celle qui vous a rendu fou sur les serveurs de Metal Gear Online, ou qui vous a fait gouter aux joies de la dégustation d’écureuil volant avarié au beau milieu de la jungle. Ce sont quelques-uns des plus beaux coups d’éclat de l’histoire du jeu vidéo. Aujourd’hui, il ne reste qu’un héros au bout de la ligne, un immense monde ouvert, et un scénario tentaculaire qui vous tend les bras. D’ailleurs, pour ceux qui seraient encore perdus dans la chronologie des événements de la saga, sachez qu’une timeline est disponible au bout de ce lien. Inutile de dire que le trailer de lancement de ce nouveau Metal Gear Solid est une réussite totale, à la fois poignante et pleine de nostalgie. Dirigée et éditée par Kojima lui-même (alors qu’il était encore chez Konami), il s’agit là de sa dernière offrande en rapport avec l’univers qu’il a engendré. Tout simplement remarquable :

MGSV - NEWS13

Par Yox le

Plus de lecture