Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

C’est le chiffre de la maturité, l’âge de raison. Aujourd’hui, c’est l’un des monuments du RPG japonais qui souffle sa dix-huitième bougie. Il y a tout juste 18 ans, l’inégalable Final Fantasy VII envahissait le marché nippon, posant la première pierre d’un succès colossal, à la fois critique et commercial.

Vous les gardez en tête avec un arrière-gout ému. Vous avez arrêté de les compter, et pourtant elles font partie de vos meilleurs souvenirs d’enfance, d’adolescence ou de votre jeune vie d’adulte. Les après-midi et les nuits passées sur FFVII font partie du panthéon de votre vie de gamer. À l’époque, vous découvriez les joies des graphismes 3D, et des personnages en temps réels. Un temps où SquareEnix se disait Squaresoft, et où la première Playstation était un objet de culte venu du futur, qui trônait fièrement dans votre chambre ou dans votre salon. Il y a 18 ans, vous n’aviez pas peur de passer 100 heures cloitré entre 4 murs, en train de saigner à blanc un J-RPG passionnant. Vous n’aviez pas peur d’être découragé par une trop grosse difficulté, ou bien par un scénario trop complexe ou trop fouillé. Tout ce que vous vouliez, c’était l’opportunité de décrocher du monde. Vers une destination inconnue, qui obéit à ses propres lois, et ses propres codes.

Une ambiance futuriste qui a passionné des millions de joueurs


De mémoire de joueur, on sera tous d’accord pour dire que les protagonistes de Final Fantasy VII font partie des plus charismatiques de l’histoire de la saga. Tout le monde se souvient de la quête du mercenaire impétueux Cloud dans les rues sombres de la vaste cité de Midgar. Le duel entre Avalanche et la Shinra, la Rivière de la vie, et l’incroyable Sephiroth. On ne va pas vous rejouer tout le scénario. Le mieux reste encore de prendre votre petite boite de PS1, et de vous envoyer une session comme au bon vieux temps. L’occasion de retrouver cette sublime bande-son signée Nobuo Uematsu, ou bien ce système de combat, qui reste pour beaucoup l’un des meilleurs de la série. Ce dernier reprenait le principe de jauge (Active Time Battle) qui se remplit plus ou moins vite selon les caractéristiques du personnage. Et que dire des invocations, des attaques limites, ou bien du système des matérias qui débloquent de nouvelles attaques ou magies ? Dans le fond le système de jeu n’est pas si compliqué. Il est juste terriblement efficace.

Sinon, toujours pas de remake HD ?


Avec une telle popularité, vient forcément la question de l’existence d’un remake HD. La grande mode du moment, qui a d’ailleurs tendance à agacer pas mal de joueurs. Dans le cas de Final Fantasy VII, l’idée d’un remake haute définition a pourtant de quoi faire saliver. On ne demande pas la lune, juste une réactualisation du mythe. Dans la jungle des remakes, Final Fantasy VII est une hérésie. Certainement le seul jeu que le peuple veut vraiment retrouver sur new gen, et qui ne débarquera probablement jamais. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir multiplié les faux espoirs. On se rappelle tous de la démo technique de la PS3, qui montrait Cloud sous les traits de la technologie de 2007. Récemment encore, un logo et un trailer diffusé au Playstation Expérience laissaient planer tous les espoirs, avant de finalement révéler qu’il ne s’agissait que d’une énième sortie sur un nouveau support. Preuve s’il en est que même 18 ans plus tard, Final Fantasy VII déchaine toujours autant les passions.

Par Yox le

Plus de lecture