Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Né de manière pas très glorieuse, le jeu WarZ continue sa poursuite de la honte. Les développeurs s’enterrent tous seuls au fur et à mesure du temps et autant dire que dans leur futur CV ce titre risque de faire tâche.

Pour les néophytes, WarZ est un quasi-copié collé d’un mod du jeu Arma 2 nommé DayZ. Première étape du ridicule, les mecs n’assument pas complètement et se sont juste grouillés de sortir leur version payante avant celle de l’autre. Un gros copié-collé tout en utilisant le moteur et les animations de leurs précédents jeux et le tour est joué.

Deuxième étape, vous connaissez les conditions légales d’utilisation que l’on nous demande toujours de lire puis d’accepter ? Là aussi c’était trop compliqué de le faire soi-même donc ils ont simplement pompé celui de League Of Legend tout en oubliant d’ôter le titre de ce soft dans le texte.

Enfin étape ultime, le jeu, à peine sortie sur le tout puissant Steam, se retrouve retiré de la vente avec remboursement intégral, pour ceux qui veulent, sur le principe de publicité mensongère. Non content de lister des éléments non présents, un patch a modifié un élément capital. Au lieu de devoir attendre une heure que son personnage respawn, le joueur doit maintenant patienter 4 heures. Par contre, le studio propose pour quelques centimes d’acheter des points permettant de réapparaître instantanément mais l’achat minimum est de 5 dollars.

Bien des éditeurs sont accusés de prendre les joueurs pour des pigeons mais là, pour un jeu de base à 15E, on vient d’atteindre un nouveau stade.

Par Spine le

Plus de lecture