Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

La comparaison avec Left 4 Dead est inévitable. Des vagues d’abominations à charcuter, des hectolitres d’hémoglobine, de la coopération : Killing Floor 2 boxe clairement dans la même catégorie que le survival horror de Valve.

Une comparaison tout ce qu’il y a de plus gratifiante pour ce modeste FPS, qui a su s’imposer dans le coeur des joueurs en 2012, lors de la sortie du premier épisode. Le deuxième volume reprend à peu près à la lettre la formule ultra gore, tant plébiscitée. En gros prenez le mode zombie de la saga Call of Duty, ajoutez une énorme dose de carnage, une jouabilité d’enfer et une localisation des dégâts bien salace, et vous obtenez plus ou moins le postulat de départ de Killing Floor 2. Oubliez les tas de chair sous Prozac qui déambulent en slow-motion, que vous allez salement charcuter au Katana. Le bestiaire de Killing Floor 2 dégaine les pires infamies, qui vont vous traquer sans relâche. Avec ses orgies de viscères jusqu’à six joueurs, le jeu mise clairement sur l’entraide et le défouloir partagé. Vendu à petit prix (40 balles), vous serez peut-être heureux d’apprendre que du contenu gratuit est d’ores et déjà prévu sur PC et PS4. Si vous voulez vous familiariser avec l’univers du titre, on vous laisse également jeter un oeil à ce court-métrage qui en dit très long.

killing-floor-2-01

Par Yox le

Plus de lecture