Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

On a beau être habitué aux extravagances de Suda51 (Shadow of the Damned, Lollipop Chainsaw, No more Heroes), il faut avouer que le créateur fou surprend toujours. Et ce n’est certainement pas Killer Is Dead qu’il fera exception à la règle. Jugez plutôt !

En plus d’un style graphique particulier (véritable marque de fabrique du monsieur) le soft mettra de temps à autre l’action de côté pour se concentrer sur les fonctionnalités qui font déjà scandale: j’ai nommé les missions gigolo ! Lors de ces objectifs très particuliers, il sera possible de réellement déshabiller du regard les jeunes demoiselles en face de vous grâce à des lunettes qui ne sont pas forcément du meilleur gout. Bien étendu, on ne dépasse pas le stade du sous-vêtements (on sait, certains d’entre-vous sont déçus). Une deuxième paire de lunette permet elle, de voir les désirs les plus profonds de vos futures conquêtes. Deux ustensiles de choix, indispensables pour réussir ces missions assez uniques en leur genre…

Pour revenir dans le cœur du gameplay action, on apprend également la présence de deux mouvements défensifs: l’esquive et la garde. Rien de bien nouveau si ce n’est la possibilité d’assommer temporairement l’adversaire grâce à une parade parfaite. En revanche, la présence d’une mitrailleuse en tant que bras robotique à de quoi réjouir. Des combos épée plus arme à feu, c’est toujours sale. Et ce n’est pas Dante de DMC qui nous contredira. Sur ce, vous pouvez toujours patienter avec ce trailer nous rassurant sur le déséquilibre psychologique de Suda51. Visiblement toujours capable de nous pondre des univers aussi barrés !

Par Spine le

Plus de lecture