Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Horizon Zero Dawn est sans conteste l’une des plus grosses surprises vidéoludiques de l’année en cours. Plus qu’une réussite indéniable doublée d’un carton commercial, c’est surtout la preuve qu’il est encore possible de fédérer des millions de joueurs avec une licence sortie de nulle part, et un univers plutôt singulier.

Bien que l’on retrouve beaucoup d’aspects très « vendeurs » dans le dernier bébé du studio Guerilla (un monde ouvert, des combats épiques contre des machines, la promesse d’un contexte S.F appuyé) Horizon Zero Dawn n’en reste pas moins l’exemple typique d’une prise de risque qui s’est avérée payante. Après tout, le jeu ne propose aucune fonction en ligne, pas de thématiques ultra porteuses, une héroïne totalement inconnue. En 2017, pour un jeu d’un tel budget et affilié à aucune licence connue du public, ni aucun créateur star, c’est presque un petit miracle qu’il convient de saluer. Face à l’explosion des ventes, il semble désormais inévitable qu’une suite fasse son apparition dans les années à venir. D’autant plus que la fin ouverte ne laisse que très peu de place au doute. Et bien qu’elle n’ait pas été confirmée par Sony (qui réservera surement la surprise lors d’une conférence), la suite d’Horizon se profile déjà. Lors d’une interview avec GameInformer, John Gonzalez et Jan-Bart Van Beek (respectivement directeurs narratif et créatif du jeu) se sont confiés sur leurs idées pour la suite : « Nous sommes vraiment heureux des retours des joueurs sur Aloy, son histoire, et la connexion émotionnelle qu’ils ont créé avec elle. Si une suite devait se faire, notre volonté première serait de respecter et entretenir ce lien en créant une nouvelle histoire qui aurait un véritable impact ». Les créateurs ont également affirmé qu’ils allaient toujours plus mettre l’accent sur les machines, qui reste le point fort du jeu : « Elles sont fun à créer, à modéliser, à animer, et surtout à affronter une fois sur le jeu. Nous aurions pu en faire plus d’une centaine, mais la réalité économique nous a rattrapé ». La bonne nouvelle, c’est que ce n’est pas la panne sèche de ce côté-là. Il n’y a plus qu’à espérer que les créateurs aillent toujours plus loin, en dégainant des machines encore plus variées et colossales. Et pourquoi pas vrai gros boss de fin ? Soyons fou.

VOUS AIMEZ LES ENORMES MACHINES, LA SF ET LES BONS JEUX ? COOL ! FONCEZ NOUS AIDEZ A LANCER LE PREMIER NUMERO DE S!CK !

Source image entête.

Par Yox le

Plus de lecture